À droite, l'école et ses élèves normaux, comme tout le monde.À gauche, le centre de redressement pour jeunes dangereux.Maintenant réunis, pour le pire.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~

 :: IRS - Annexe :: Auditorium Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un concerto avorté (feat Raven)

Amaryllis Hanazumi
ISS |:| Troisième année
avatar
Messages : 78
Né(e) le : 05/08/2000
Date d'inscription : 12/05/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Libre
Nationalité : Française
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 12 Mai - 20:53
Tout avait commencé par un matin comme les autres qui ne me prédestinait pas, du moins à première vue, à faire une nouvelle rencontre. Je m'étais réveillée dans ma chambre vide de tout autre personne du premier étage du dortoir des ISS. En effet, j'étais la seule occupante de la chambre 101. Je me réveillais doucement , prenant bien le temps d'émerger des bras de Morphée. Il était à peine 5 heures du matin en cette matinée du septième jour de la semaine; rien ne me forçait à quitter la chaleur de mes draps ou le confort de ma chambre mais je le faisais comme chaque week-end ou presque depuis mon arrivée ici. En effet, je consacrais mes week-ends à la pratique du piano et celà dès le début de la matinée. De plus, j'adorais Décembre pour le cadeau somptueux qu'est la neige, aussi, je finis par me lever et enfila mon uniforme. J'aurais pu porter d'autres vêtements mais je considérais qu'utiliser les infrastructures de l'école sans uniforme pouvait m'être préjudiciable. Une fois prête, après avoir décidé de porter un manteau au dessus de mon uniforme afin de contrer la fraîcheur matinale et le froid mordant de Décembre, je quittais ma chambre pour rejoindre le parc qui reliait les deux établissements. Ma surprise fut totale en voyant que la nuit avait fait grâce d'une fine poudreuse. Je marchais parmi celle-ci,heureuse de voir le spectacle offert par le paysage tout en rejoignant le bâtiments des IRS. Qu'allais-je y faire me dirait-vous? Et bien, rien n'est plus simple. Depuis longtemps ici, j'évitais plus ou moins d'être trop intégrée; non pas par mépris ou par inintérêt, juste par maladresse mais aussi pour éviter l'esprit de compétition qui régnait parmi les spécialistes de la même activité. Cette dernière était tacite mais aussi fourbe; poussant les élèves, dans le cas de nous pianistes par exemple, à s'écouter jouer afin de dénigrer les autres à chaque erreur. Tous n'était pas comme ça, moi la première, mais c'est surtout pour cette raison que j'évitais la salle de musique des Exchanges. J'avais ,par chance, au cours de ma seconde année découvert durant un cours de théâtre l'existence d'un piano dans l'auditorium des IRS, aussi, le lieu profitant d'une quiétude à toute épreuve mais aussi d'un verrou intérieur, je profitais de ce dernier lors de mes répétitions improvisées.

Quelques minutes plus tard, je franchissais, grelottante, la porte de l'annexe. Je pensais déjà au morceau que je me voyais interpréter, d'autant plus que j'allais passer un concours d'ici peu pour tester mes progrès. Mon choix se fit instantanément au vu des paysages que je venais de traverser, ou plutôt mes deux choix. J'optais donc pour White Album de Morikawa , une chanson que j'adorais, ainsi que la mélodie "Powder Snow" de la même interprète. J'entrais dans l'auditorium par les coulisses et me dirigea vers l'une d'elles. Je posais mon sac et en sortit mes partitions avant de les examiner pour sortir celles dont j'aurais besoin puis.. c'est alors que quelque chose vint apparaître à mon esprit. En effet, dans le silence sacrale perçait une voix. Après une petite seconde de concentration, je la distinguais un peu mieux, c'était bien une voix féminine qui chantonnait, je décidais donc de suivre celle-ci pour en trouver l'origine.



Je parle en #cc66ff.
Revenir en haut Aller en bas
Raven
Invité
avatar

Ven 12 Mai - 20:55
Raven
Raven L. Lentz
Ancien membre

(HRP: Je suis sur mon téléphone, je mettrais en page une fois sur l'ordi :3)

Froid. Il faisait décidément trop froid... Puis, qu'elle idée de simplement mettre un pantalon en jean troué qui plus est, avec un pull certes mais JUSTE un put*** de pull sans rien en-dessous par un froid pareil?! Sérieusement... Parfois je me dis que je suis co**e... Vraiment. C'était ainsi. J'étais habillé avec un sweat un peu trop long noir avec un skull blanc... Mes cheveux pas coiffés et avec un maquillage encore de la veille... Je ne ressemblais pas à grand chose et j'en avais rien à faire.

Mes rangers perçaient la neige fine qui était tombée cette nuit... Pf. Je déteste l'hiver...! Je déteste le printemps, l'été et l'automne... Je déteste ce temps. Je déteste cette vie. Mes mains mes poches, je sentais mon bracelet à la cheville droite serrer dans ma chaussure... Pf invention de merd*... Connerie de jeunesse... Non. C'est toujours les autres qui prenne.

Quoi de plus normal de péter un plomb quand tout le monde vous abandonne. Enfouie dans mon écharpe en laine, je soupirais... Fixant le sol froid et blanc. Aussi blanc que cet oreiller que j'avais pris. Je secouais la tête, puis, relevant cette dernière, je tapais dans une pierre qui n'avait pas qu'à se retrouver sur mon chemin... Pourquoi j'y repensais. Sûrement mon autre condamnation. Aurais-je une conscience finalement? Haha. Je lâchais un rire à cette pensée... Oui oui, je rigolais seule, ça pose un problème ?
Moi avoir une conscience et me plaindre? Mh. Je suis "humaine" après tout. Encore une expression qui sert quand on veut. On casse ou fait une erreur, ce n'est pas grave, "l'erreur est humaine", mais on abandonne quelqu'un au point de le laisser se détruire, et quand cette personne commet une faute, là, l'expression n'est plus valable. Ouais... Drôle de pensée. Je laissais à nouveau un rire presque moqueur. Stupide humanité.

Poussant les portes d'entrée du bâtiment IRS à-coup de pied, je fusillais du regard certaines personnes déjà présentes. Tous des gens à problèmes, je devais m'en méfier si je ne voulais pas frapper quelqu'un. J'enlevais mon écharpe que je laissais juste pendre. Je me mise à bailler, j'avais encore fais une nuit blanche, je n'arrivais pas à dormir ces temps-ci, je ne sais pas vraiment pourquoi... Je me reveillais en sursaut presque toutes les heures. Était-ce des crises de manque? Non, de peur sûrement. J'allais devoir en parler au médecin, qu'il me donne des somnifères.

Regardez l'heure... 7h, un dimanche... Je serais mieux dans mon lit! Sérieusement... Mais bon, mes pas m'avaient mené jusqu'à l'auditorium, j'avais envie de chanter... Même si ma voix était enrouée et que je devais avoir une voix endormie, je devais m'exprimer. J'avais ce besoin...

Je poussais alors la porte de l'endroit... Un grand amphithéâtre, plein de sièges, une scène qui paraissait petite au milieu de tout ça... Je sentais un frisson me parcourir, mon coeur s'emballait. Je sentais du stress et de la joie, un sentiment plutôt agréable... Je caressais le dossier d'une chaise et tout en descendant vers la scène, je commençais à chanter...

Un espace vide, une pièce rien que pour moi... Personne pour me déranger ou me critiquer. Juste "mon monde", alors que les paroles d'une chanson un peu niaise sortaient de ma bouche, mes pas, lents, me faisait monter sur scène... Le refrain fit éclater ma voix, je me lâchais, chantant à plein poumons. Mes yeux se fermaient, ma voix retentissait dans l'amphithéâtre, mes mains bougeaient seules...

Ouais, je devais avoir bien l'air débile comme ça, mais j'étais presque libérée. Et même si ma voix n'était pas au plus claire, qu'on sentait les graves de ma voix enrouée, l'hésitation à tout laisser sortir, j'étais heureuse de pouvoir chanter.

Le chant était pour moi la meilleure façon d'oublier ce triste monde. Je pouvais entrer dans un autre univers, dans le mien... Je pouvais simplement tout oublier et l'espace de quelques minutes seulement, je pouvais m'evader en créant une atmosphère que je pouvais contrôler à ma guise. Je pouvais hurler, murmurer, chantonner, crier, varier dans les graves ou les aiguës, chanter la joie, la tristesse... Ce que je voulais. C'était moi qui contrôler tout. Je pouvais faire entendre à qui je voulais, je pouvais laisser entrer seulement les personnes que je veux. C'était... "Sécurisant".

Alors que ma chanson se terminait, je calmais ma voix, l'arrêtant quelques secondes, minutes, je reprenais sans attendre... " Listen to your heart"... Cette chanson, je l'avais entendu de la bouche d'une amie, je l'ai adoré dès les premières note.  Je crois que c'est la chanson que j'ai apprise le plus vite...

Là, je restais calme, les deux mains jointes contre ma poitrine, prenant une voix aiguëe, même si la chanteuse d'origine avait la voix grave... Je préférais la mettre quelques octaves plus haut. Je fermais les yeux... M'isolant totalement dans mon monde... Là, je pouvais commencer à tout oublier. Mes problèmes, mon statut, cette école pourrie... Tout.
Revenir en haut Aller en bas
Amaryllis Hanazumi
ISS |:| Troisième année
avatar
Messages : 78
Né(e) le : 05/08/2000
Date d'inscription : 12/05/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Libre
Nationalité : Française
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 12 Mai - 20:55
Je suivais la voix en traversant les coulisses; cette voix était des plus harmonieuse et des plus maîtrisée même si la précocité de son emploi semblait l'affecter quelque peu. Tout celà était tout de même bien étrange, je ne me souvenais guère qu'il y est une élève des Exchange spécialisée dans le chant ou du moins pas avec une telle voix. Pas avec une voix si... tourmentée. Ma pratique intensive de la musique en tant que pianiste me permettait de ressentir ce genre de choses. Je m'arrêtais quelques mètres avant la scène de l'amphithéâtre, je fermais alors les yeux et laissait cette chanson envahir mon esprit et mon âme pour en tirer la substance des sentiments de son interprète. Je sentais en cette voix une certaine mélancholie ainsi qu'un peu de solitude, je ressentais aussi une certaine retenue. Je décidais enfin de me manifester, je fis quelques pas sur le plancher de la "skene" comme dirait les anciens avant de me diriger vers le piano.

Je connaissais cette chanson, j'allais sûrement être assez maladroite mais peut-être que mon accompagnement musicale plairait à la jeune fille qui se trouvait derrière le rideau de la scène. Je me demandais à quoi elle ressemblait, et d'où elle venait. Je l'imaginais assez fragile et douce au vu de sa voix, quelqu'un comme moi qui se vouait cœur et âme à sa passion et surtout de quelqu'un de profondément pure et gentille. C'était ce que sa voix m'inspirait. Peut-être me tromperais-je, mais au fond de moi j'en étais presque certaine.J'aurais pu, certes, me dirigeait vers la scène, balayait de la main le rideau et ainsi voir la jeune chanteuse mais celà enlèverait du splendide et du magique de la scène. La mystérieuse chanteuse qui d'un coup entendrait sa voix accompagnée par une toute aussi mystérieuse pianiste. Du moins à ses yeux. Je m'installais alors au piano, fermant les yeux pour saisir l'instant, le moment où mes notes et mon cœur accompagneraient au mieux et le plus en harmonie ses paroles. Je saisis alors l'occasion, mes doigts se mirent à se mouvoir sur les notes, tentant d'accompagner la voix de l'inconnue au mieux; je ne doutais pas que d'autre aurait fait mieux même en omettant ma faible connaissance de cette chanson en comparaison avec d'autres mélodies.

Au fond j'étais heureuse, heureuse de pouvoir contribuer ainsi, de pouvoir apporter ma mélodie à l'édifice ; les concertos me manquaient à vrai dire et je retrouvais en cet instant la joie , la quiétude et la plénitude de l'instrument ; je ressentais de nouveau ce sentiment de liberté et d'harmonie que m'apportait le piano. Cet instrument composait une bonne partie de ma vie et je ne voyais pas comment il aurait pu en être autrement. Je restais plongée dans mes pensées, sentant la mélodie emportait mon cœur l'imprégnant d'une sorte de tourbillon de sentiment ,peu reconnaissable les uns séparés des autres, mais qui me rendait vaguement triste. J'ajustais donc ma manière de jouer pour mieux retranscrire ceci quand soudain j'entendis un bruit provenant de la scène et la voix qui s'était éteinte.

Je me levais précipitamment avant de poursuivre en franchissant le rideau : je vis alors une jeune femme plutôt grande aux longs cheveux roses s'élançait vers la sortie. Sans trop réfléchir, je me mis à courir pour la rattraper.

-"Attends !"

Je franchissais la porte et suivais la jeune femme en tâchant de ne pas la perdre de vue. J'étais certaine de deux choses à ce moment : premièrement ce n'était pas une Exchange car je ne la connaissais ni de près ni de loin, et deuxièmement que de courir au milieu des bâtiments IRS allait m'attirer des ennuis soit de la part des élèves soit de la part du corps enseignant. Tant pis, je ressentais le besoin de lui parler et de lui proposer de chanter avec on accompagnement plus souvent car j'avais été réellement heureuse de l'accompagner. C'est à ce moment que je vis le pire de l'histoire : je l'avais perdue. Je m'arrêtais alors regardant autour de moi en quête de la jeune fille mais rien, je restais alors planter là pour récupérer mon souffle.



Je parle en #cc66ff.
Revenir en haut Aller en bas
Raven
Invité
avatar

Ven 12 Mai - 20:55
Raven
Raven L. Lentz
Ancien membre

Une profonde inspiration et ma voix s'élevait plus haut. Je commençais à me réveiller, tout comme ma voix, j'arrivais à reprendre le contrôle... Même si des tons graves ressortaient encore, mais ça, c'était naturel, je n'avais pas la voix super aiguë non plus. Je gardais les yeux fermés...
Un sentiment de bien-être m'envahis alors, je ne sais pas vraiment pourquoi, mais quelque chose me poussa à y aller plus fort, avec plus d'intensité, on pouvait presque voir un sourire sur mon visage. J'étais portée par quelque chose, une musique douce, était-ce ma voix? Mon imagination? J'entendais une musique... Du piano? Haha, je devais halluciner. Quoi qu'il en était, je trouvais ça plutôt plaisant, et mon imagination (même limitée) devait me jouer des tours, après tout, il m'était déjà arrivée d'imaginer le public en face de moi, alors qu'il n'y avait personne!

Alors que la chanson prenant doucement fin, j'ouvrais les yeux. Non, c'était réel. Pour m'assurer de la véracité de mes mots, je m'arrêtais d'un coup, oubliant le couplet de fin... La musique continuait. Il y avait vraiment quelqu'un qui m'avait accompagné au piano?! Eh merde! Sautant de la scène, je m'empressais de quitter la pièce. Merde ! Merde et merde! Pourquoi il a fallu que quelqu'un soit là?! Je serrais les poings, si je m'écoutais, je me serais retournée et je lui en aurais collée une ! Oooh oui! Je peux vous dire que cette personne aurait passé un sale quart d'heure... Mais, si je faisais ça, ça allait encore me retomber dessus, et, j'avais vraiment pas envie de devoir me retaper des heures de colle, même si j'étais habituée donc ça ne me faisait plus rien, mais l'espèce de truc à ma cheville me rappelait ma condition... J'avais pas vraiment envie d'aller dans une vraie prison.

-"Attends !"

La porte de l’amphithéâtre claquait et une voix aiguë se faisait entendre... Quoi?! Elle me suivait? Oui, j'en avais déduis que c'était une fille. Sa voix était fragile et pas vraiment forte, elle avait réellement envie de me rattraper?! Elle ne savait pas dans quoi elle s'embarquait... Non sérieusement, pourquoi me suivre?! Elle ne savait pas dans quel établissement elle se trouvait? Elle savait que c'était le bâtiment des IRS? Cette "sous race" comme pouvait le dire la plus part des habitants de cette ville. Cette école, une abomination, nous méritons que la prison, voir la peine de mort. Bande de co*s ! S'ils étaient au courant d'un millième de nos histoires. Bref. Ca m'énerve encore plus rien que d'y penser. D'ailleurs, ça se trouve, c'était peut-être "une de nous". Mh... Surement. Je pressais le pas... La "Sangsue" ne voulait pas me lâcher... Vraiment. Je regardais alors rapidement les alentours, mettant mes mains dans mes poches. Je devais la semer. Je me dépêchais de tourner dans différents couloir, histoire de vraiment la perdre.

On pouvait dire qu'elle était plutôt tenace la petite. Alors que je disparaissais dans les abysses d'un couloir, je m'arrêtais pour soupirer... Je la vis continuer de marcher. Parfait, je l'avais semer. Je la regardais avec un sourire moqueur, elle avait l'air tellement paumée. Je la regardais de bas en haut. C'est bien ce que je pensais, une innocente petite ISS. Comment je le savais? Son uniforme. C'était dimanche et pourtant, elle s'était habillée avec l'uniforme scolaire. Mh... Sans commentaire.
Mon regard fut alors porté sur ses mains... Elle avait des doigts fins... Ca devait être une pianiste de génie. Ca, j'avais eu la preuve... Elle avait sur me transporté encore plus dans mon monde en m'accompagnant. Je devais l'avouer, ça m'avait foutu des frissons.

Pourquoi elle reste plantée là? Qu'elle retourne dans sa section, qu'elle ne reste pas béa comme une abrutie... Je soupirais. Elle m'énervait! Je m'avançais alors, sortant de l'ombre, je lui attrapais un poignet et la tirant dans un couloir, je la plaquais contre le mur.

- Qu'est ce que tu veux?!

Je la fixais froidement, mes mains sur ses épaules se serraient, et mon regard était des plus froid possible. Sérieusement, je n'avais qu'une envie, lui mettre un coup de tête. Je me mordais la joue pour ne pas le faire. Oui, elle ne m'avait rien fait, mais juste m'écouter ou m'accompagner pendant mon chant... Et puis de m'avoir suivie!

- C'est toi qui m'a interrompu dans mon chant, tu sais que j'ai envie de t'exploser?!
Revenir en haut Aller en bas
Amaryllis Hanazumi
ISS |:| Troisième année
avatar
Messages : 78
Né(e) le : 05/08/2000
Date d'inscription : 12/05/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Libre
Nationalité : Française
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 12 Mai - 20:55
Rien. J'avais beau me tourner dans tout les sens pour inspecter autour de moi je ne parvenais pas à retrouver la trace de la mystérieuse chanteuse,de plus j'avais le souffle court après un tel effort: en effet je n'étais guère très sportive et un tel sprint relevait presque du miracle venant de ma personne. Je restais donc là à tenter de reprendre mon souffle en inspirant longuement pour atténuer la cadence de mon cœur ainsi que celle de ma respiration. Je me demandais en même temps si je n'avais pas rêvée tout celà, après tout il n'y avait jamais personne dans cet auditorium et je n'avais qu’entraperçue la jeune fille qui semblait avoir disparue comme disparaîtrait un mirage.

La réalité me rappela, à sa manière j'en conviens, à son cours. Je n'eus pas le temps de réagir ou même de prédire quoi que ce soit. Une main sortie de nulle part me saisit le poignet pour me tirer vers son détenteur. Alors que je me voyais plus ou moins projetée contre un mur sans que mon cerveau ne saisisse ce qui m'advenait, la pensée que rester dans le couloir des IRS aussi longtemps n'avait pas été un éclair de génie. Je sentis alors la douleur se propageait dans mon échine : je ne rêvais clairement pas et la responsable n'avait clairement pas été douce avec moi. J'allais sentir ce mal de dos pendant au moins trois jours. Je relevais les yeux, la vue légèrement troublée par le traumatisme. Il s'agissait ,comme je m'en doutais intérieurement, de la mystérieuse chanteuse et cette vue plus proche sur sa personne confirma la véracité de son existence mais me permit aussi de mieux la voir tandis qu'elle me hurlait dessus sans que je ne dise mot.

Je scrutais son visage tandis qu'elle me demandait ce que je désirais avec une certaine véhémence peu dissimulée,quand à moi je détaillais ses jolies yeux bleus et ses longs cheveux. Elle avait la chance d'avoir des longs cheveux sans boucles et des yeux magnifiques. Elle était aussi un peu plus grande que moi, 10 cm à vue de nez, et disposait aussi d'une charme assez mature voire adulte même si je ne lui donnerais qu'un an de plus que moi. Comment dire? Elle avait tout de la chanteuse star pourtant elle était vraisemblablement membre des IRS; ceux que beaucoup d'Exchange voyaient comme des rebuts ou "la plèbe", pour ma part je voyais surtout en eux des gens moins privilégiés mais aussi des âmes à secourir. Je fus tirée cet examen en détail par une douleur lancinante au niveau des épaules : mon agresseuse, si tant est qu'on puisse nommer ça ainsi, resserrait sa prise sur moi en me dominant du regard. Je n'étais guère du genre à chercher le conflit mais dans un cas pareil j'allais devoir naviguer sur cette limite: les paroles suivantes de la jeune fille me le confirmèrent.

-"C'est toi qui m'a interrompu dans mon chant, tu sais que j'ai envie de t'exploser?!"

Je plantais mon regard dans la sien et posant mes deux mains sur sa poitrine je la poussais légèrement pour qu'elle recule avant de ponctuer ce geste de quelques paroles sur un ton des plus diplomates et calmes possibles.

-"Vos manières je vous prie.. gardez ce genre de menaces pour celles que ça impressionne.." dis-je alors pour paraître la plus sereine qu'il soit même si je dois avouer que j'étais nerveuse et impressionnée par la jeune femme."...certes je vous ai interrompue et je m'en excuse..mon intention était tout autre..je ne désirais que faire votre connaissance, entre férue de musique, de plus votre voix est superbe aussi je n'ai pas pu résister à l'envie de vous accompagner. Je vous prie de m'excuser."

Je couronnais ces paroles,certes un peu pompeuse au vue de mon interlocutrice mais des plus sincères par une révérence d'excuse, je n'attendais pas sa réaction pour terminer le proême de cette conversation.

-"Je m'appelle Amaryllis..enchantée Mademoiselle.." dis-je sur un ton neutre en ayant espéré calmer l'ampleur de cette situation mais tout en me préparant aussi à me prendre une claque ou un coup au vue de la nervosité de la jolie chanteuse qui me faisait face.



Je parle en #cc66ff.
Revenir en haut Aller en bas
Raven
Invité
avatar

Ven 12 Mai - 20:56
Raven
Raven L. Lentz
Ancien membre

-"Vos manières je vous prie.. gardez ce genre de menaces pour celles que ça impressionne.."

Elle se tenait là, devant moi avec cet air... Hautain? Non. Elle se donnait un genre "imperturbable". Haha, qu'elle naïve petite créature. On dirait les juges... "Cette fille est folle! Il faut l'enfermer !", ces êtres "courageux" qui se cache derrière leur bureau, derrière les vitres ou les barrières des tribunaux. Tremblant au fond d'eux, ils ne sont que des lâches. Elle était exactement comme eux... Elle se cachait derrière le faux-semblant, derrière ses mots, mais, elle devait trembler intérieurement et vouloir appeler sa mère. J'esquissais un sourire en la voyant... Elle faisait sa grande fille courageuse, mais je suis sur qu'au moindre "BOUH", elle se mettrait à chialer en se pissant dessus. Haha !! Mais qu'est ce qu'elle m'agaçait. Je fronçais les yeux en la fixant, l'attrapant à la gorge.

- Qu'est ce qu'elles ont mes manières? Oh, pauvre petit dictionnaire ambulant, tu parles beaucoup mais tu tremble comme une feuille! lançais-je presque en lui crachant au visage.

La suite de ses paroles me firent me contracter encore plus. Comment ça ma voix était superbe?! Je sentais presque mes joues se chauffer, mais très vite je fronçais les sourcils: elle se foutait de ma gueule?! Elle voulait m'amadouer?! Espèce de conne.

- Je ne sais pas ce que tu veux, si c'est juste pour que je te lâche, mais... Je m'en bas les couilles que tu aimes ma voix, d'accord? Il n'est jamais rien arrivé! Tu ne m'as jamais vu, compris?! ordonnais-je presque en remontant ma main, pressant sur sa gorge.

Non mais regardez là! Cette petite allumette qui se briserait à la moindre pression, elle était petite (bon ok que 10 cm de moins que moi), elle était menue et fragile... Puis, son visage de poupée m'énervait. Elle avait l'air d'être la fille chérie de sa famille, la petite princesse précieuse de son entourage. Elle me dégoutait. J'avais envie de la ruer de coup tellement ça m’énervai. Cette petite ingénue si... Pure, j'avais envie de la briser. Je serrais ma main, étant à la limite de l'étouffer, je relâchais ma prise en lui collant un poing dans le ventre. Je la fixais:

- Je me moque de ton nom, de toute façon, je t'aurais oublié rapidement. D'ailleurs, je ne sais même pas qui tu es à part ce nom débile! Puis "Mademoiselle", tu te prends pour qui?! Tu veux me prendre de haut, c'est ça? criais-je presque en la fixant.

Oui, c'était ça... Elle cherchait à me prendre de haut... Elle n'avait que ça en tête avec ses mots sortit d'un livre de français, elle voulait me rabaisser. Elle me prenait pour une conne, une débile, pour une fille sans éducation qui ne sait pas parler... Elle n'a pas totalement tord en réalité. Mais, elle en jouissait intérieurement ! C'était sur... ! Elle prenait un malin plaisir à me prendre de haut. Juste pour cette pensée, je sentais une folle envie de lui mettre un coup de poing dans la tête, mais je repensais à ce que j'avais à la cheville.

- Fais chier! Je voulais juste passer une matinée tranquille à chanter, pourquoi t'es venue faire chier?!

Je la fixais de haut, avec mes yeux meurtrier, c'était de sa faute. Juste à cause d'elle que je passais une matinée de merde. Elle avait gâché mon unique moment de plaisir. Mon poing s'écrasa dans un puissant fracas contre le mur, je reprenais ma respiration, pour me calmer. Inspirant profondément, je fermais les yeux. Puis, relâchant tout mon souffle. Ma voix se fut plus calme et détachée. Je fixais la jeune fille aux cheveux roses, un peu plus foncé. Tiens, ses cheveux étaient vraiment magnifiques... Ses yeux aussi. Moi, ils étaient lisses et totalement bouffés par mes coloration, ils étaient fourchus. Pf. Encore une inégalité ! Puis ses vêtements. Je serrais la machoire. C'était de sa faute.

- Tu n'as pas intérêt à aller pleurer chez quelqu'un, et surtout de parler de mon chant. Compris? Sinon ça sera toi à la place du mur, et je prendrais un malin plaisir à voir ton sang couler, je suis sur qu'il est délicieux! ! ricanais-je en la fixant.

Je restais là, à la fixer. Je ne sais pas pourquoi, mais j'aurais très bien pu partir...
Revenir en haut Aller en bas
Amaryllis Hanazumi
ISS |:| Troisième année
avatar
Messages : 78
Né(e) le : 05/08/2000
Date d'inscription : 12/05/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Libre
Nationalité : Française
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 12 Mai - 20:56
Ok. Elle s'offusquait, c'était parmi les options que j'avais prévu, même si j'avais compté sur elle pour comprendre ce que j'entendais. Elle m'avait cependant attrapé à la gorge, rendant difficile ma respiration tout en m'ordonnant d'oublier ce qui venait d'advenir. Je continuais à fixer cette dernière, non pas pour la défier mais plutôt pour lui montrer que j'écoutais ce qu'elle disait avec attention cependant je dus faire quelque chose qui l'énerva car celle-ci me lâcha en me gratifiant d'une "tape amicale", le poing serré, dans l'estomac. Je me pliais sous l'impact, sans rien lâcher, sans crier afin de ne pas alerter quiconque. Je ne voulais ni m'attirer de problèmes, ni lui en attirait et il était vrai que j'étais responsable de son énervement aussi d'encaisser même si elle tapait fort.

- Je me moque de ton nom, de toute façon, je t'aurais oublié rapidement. D'ailleurs, je ne sais même pas qui tu es à part ce nom débile! Puis "Mademoiselle", tu te prends pour qui?! Tu veux me prendre de haut, c'est ça?

Attends. Elle avait mal pris le Mademoiselle? mais je n'avais pas du tout les intentions qu'elle me prêtait. En effet elle semblait penser que je la prenais de haut mais il n'en était rien. Je ne désirais que d'être respectueuse. Rien de plus, rien de moins aussi j'ouvris la bouche pour lui signifier la chose.

-"Je compte pas te prendre de haut, de quel droit le ferais-je?"

Je pouvais sentir chez elle une certaine animosité et malgré qu'elle se soit montrer violente envers moi je n'avais toujours pas envie de partir. Elle avait vraiment une voix magnifique. J'étais vraiment décidé à vouloir l'accompagner en musique, même devenir amie avec elle voire monter un groupe ensemble pour partager notre passion. Je sais c'est peut-être idyllique mais j'y croyais tout de même. Je voulais juste une amie qui partage ma passion et son chant en était rempli.

-"Je ne voulais pas te "faire chier" comme tu dis.. je voulais juste partager cette chanson avec toi..rien de plus rien de moins, rien qui ne mérite que tu t'énerves. Tu es peut-être crainte ici mais c'est pas en me frappant que tu me feras partir..et arrête de me prendre pour quelqu'un que je suis pas ok?"

Je la fixais dans les yeux. Non je n'avais pas peur qu'elle ne me frappe. Du moins si, mais pas suffisamment pour détourner les talons. Elle devait penser que j'étais une petite princesse capricieuse et elle n'avait pas tort mais j'avais essuyé des coups bien pire que ça. Certes ces derniers n'étaient pas physiques mais ils m'avaient tout de même forgés. Combien de fois on m'avait fait travaillée des heures durant sur un piano sans boire ni manger, combien de fois m'avait-on décourager dans ma voie en me disant que je ne ferais rien de bien avec mes doigts? Un nombre innombrable. Elle pensait que je n'avais aucun caractère parce que j'étais née avec une cuillère en argent dans la bouche? Non. Le piano est une discipline, où malgré le talent, on n'arrive à rien sans pratique et cette pratique c'est environ 70 heures par semaine alors si elle voulait détourner sa voix et l'éteindre, qu'elle gâche ce potentiel mais je ne l'aiderais pas.

-"Non je n'irais pas pleurer chez quiconque...à quoi bon? Je ne parlerais pas de ta voix, à personne, mais si tu veux l'avis d'une musicienne, tu gâche ton talent; frappe moi si tu me trouve moralisatrice mais je m'en fiche, ta voix est splendide, le nier c'est être stupide. Allez sur ce, je vais bosser moi.. parce que je crois encore à mes rêves et si j'étais toi je ferais de même idiote!"

Oui j'étais réellement énervée. Ce n'était pas un effet pour me montrer plus impressionnante car je me fichais de tout celà. Je la bousculais alors sans aucune forme de crainte afin de gagner un peu d'espace et ne plus être acculé au mur avant de la fixer dans les yeux pour conclure mon sermon.

-"A toi de voir si tu veux être une idiote et confirmer ce que les gens pensent des IRS est vraie ou écouter quelqu'un qui n'a pas d'à priori ,du moins moins que toi tu en as sur moi."



Je parle en #cc66ff.
Revenir en haut Aller en bas
Raven
Invité
avatar

Ven 12 Mai - 20:57
Raven
Raven L. Lentz
Ancien membre

C'était définitif. Elle m'énervait. Je savais très bien que je me faisais rapidement des idées, mais je haïssais les élèves de ISS. Ils étaient tellement "mieux que tout le monde". Et elle, à me fixer et à me tenir tête comme ça, elle était d'un ridicule. Qui était la plus ridicule? Celle qui s'amusait à crier et hurler sur l'autre qui voulait simplement faire ami-ami? J'étais la plus ridicule. Je m'énervais pour rien, juste parce qu'elle avait joué un air de piano. J'étais excessive, je le savais très bien... Et ça m'énervait encore plus.

Ah ! Mais ferme ta gueule. Elle ne pouvait pas simplement baisser la tête et partir en pleurnichant comme tout le monde?! Si elle ne voulait pas me faire chier, pourquoi m'avait-elle interrompu?! Pourquoi ! J'ai rien demandé, je n'ai jamais voulu partager quoi que ce soit avec elle. Surement pas une princesse comme elle. Elle m'énervait rien qu'à la voir, rien qu'à respirer. Elle tenait le regard et surtout, elle me répondait. Ca me gave. Je serrais des poings, enfonçant mes ongles dans ma paume... Si ma vie ne tenait pas à un fil, je l'aurais déjà explosé...

- Quelqu'un que tu n'es pas? A part une petite pianiste bourge, qui passe sa vie dans son chateau, pour qui veux-tu que je te prennes? Tu es encore plus conne que tu ne le laisse paraître... Ne pas me craindre est la pire erreur que tu puisse faire...

Sérieusement, je me prenais pour qui? Je n'étais pas la brute la plus effrayante: j'étais en sous poids, ma force n'était pas vraiment des plus impressionnante, je savais me battre certes, mais il faut avouer que face à 80kg, je ne faisais pas le poids... Quoi que, j'étais "futée" lors de combat de rue, j'aurais peut-être des techniques. Enfin bref, on s'en fou.

Elle se permettait de donner son avis sur quelque chose alors que je ne lui avais rien demandé. D'accord, elle me faisait un compliment, mais qu'attendait-elle en retour? On ne fait pas de compliment sans attendre quelque chose en retour.
C'est pitoyable, non? Je ressemble à un animal sauvage qui grogne et qui mord par peur... Même si elle voulait "mon bien" ou elle était sincère, j'étais sur la défensive... Un comportement puérile. Mais c'était comme ça, de là où je venais, être trop gentil, c'est bizarre. Puis là, elle me traite d'idiote, non?! Je fronçais les sourcils, et comme si je n'avais retenu que ça de sa phrase, je criais:

- Tu me traite d'idiote? Petite conne! Tu dis ne pas me prendre de haut, mais tu vois ce que tu viens de faire?!

Quand elle passait à côté de moi, me bousculant, je sentis un vague frisson de rage m'envahir, mes dents se serrées. Je l'empoignais à nouveau et cette fois, c'est ma main dans la figure qu'elle se prit, pas vraiment fort.

- Espèce de petite conne...! Tu te crois vraiment mieux que tout le monde hein?

Je plissais les yeux. Je la poussais violemment avant de croiser les bras. Elle voulait jouer à ce jeu? Elle me provoquait, d'accord. J'allais, pour une fois répondre sans violence (ah bon, tu crois pas que y en a déjà eu?).

- Si tu es si douée que ça, pourquoi tu ne me montre pas ce que tu es capable? Si tu arrives à me transporter et à m'arracher ne serait-ce qu'un frisson... Je verrais peut-être pour chanter avec toi. lançais-je en haussant un sourcil, la fixant avec un air de défis.

Après tout, c'est vrai... Si Madame était aussi forte qu'elle le prétend. Même si je doutais fort qu'elle puisse m'arracher une seule émotion.
Revenir en haut Aller en bas
Amaryllis Hanazumi
ISS |:| Troisième année
avatar
Messages : 78
Né(e) le : 05/08/2000
Date d'inscription : 12/05/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Libre
Nationalité : Française
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 12 Mai - 20:57
- Tu me traite d'idiote? Petite conne! Tu dis ne pas me prendre de haut, mais tu vois ce que tu viens de faire?!

Et voilà elle s'énervait de nouveau. Prévisible je dois dire mais j'aurais préféré qu'elle ne se fourvoie pas du tout au tout en prétendant ce que je faisais sans que jamais ça ne soit le cas. Non je ne la prenais pas de haut. La prendre de haut aurait été de lui rappeler sa condition comme d'un fossé nous séparant soit tout le contraire de mon but qui était de devenir proche d'elle mais dans l'état actuel des choses rien n'y ferait. De plus, a manière de plier sans rompre semblait lui taper sur les nerfs et pas qu'un peu. Elle finit par joindre le geste à la parole en me frappant en pleine tête. Certes le coup était moins violent mais je l'vais tout de même senti passer et le sang qui coulait de ma lèvre légèrement fendue le prouvait. Je passais mon poignet devant ma bouche pour éponger le sang tout en la regardant.

- Espèce de petite conne...! Tu te crois vraiment mieux que tout le monde hein?

Je répondis sans sourciller après que mon agresseuse m'ait de nouveau poussé contre le mur, aggravant la douleur qui lancinait au niveau de mes omoplates. Elle se colla alors face à moi avec un air supérieur et défiant puis prononça quelques paroles visant à m'énerver je suppose.

- Si tu es si douée que ça, pourquoi tu ne me montre pas ce que tu es capable? Si tu arrives à me transporter et à m'arracher ne serait-ce qu'un frisson... Je verrais peut-être pour chanter avec toi.

Que voulait-elle dire? Elle me défiait? Comprenait-elle que je n'avais absolument rien à prouver, ou plutôt que ce n'était pas mon but premier? Je la regardais droit dans les yeux, me perdant dans mes pensées pendant une fraction de seconde tout comme dans l'océan de ses iris. J'avais deux options, la première serait de laisser tomber tout bonnement, après tout, elle ne semblait guère disposer à me porter dans son cœur ou à se montrer amicale ne serait-ce qu'une seconde; la seconde c'était de relever le défi et de donc rentrer dans son jeu. C'était puéril mais ça serait une bonne manière de m'entraîner et de réviser mes partitions en vue de mes futures auditions tout en lui montrant par le biais de ma musique mes sentiments vraies. Elle était chanteuse, elle comprendrait par ma mélodie ce que je pensais réellement et que mes intentions étaient louables. Que je ne visais vraiment pas à la rabaisser. Je finis donc par lui lâcher quelques mots.

-"Ok...aucun problème... ah et je le redis parce que tu en auras bientôt besoin, je m'appelle Amaryllis, je suis ISS en troisième année et je suis spécialiste pianiste de niveau national.."

Je la choppais par le poignet de la main gauche puis par la main,sans lui demander son avis, avant de fondre vers l'auditorium suivie par l'élève IRS qui venait de m'agresser avec la ferme intention de lui montrer ce que je valais.

Il ne me fallut que quelques minutes pour retrouver la grandeur de l'auditorium où je lâchais finalement la jeune fille en me retournant vers elle pour m'adresser à elle.

-"Assied toi je te prie et écoute.."

Je viens traverser l'ensemble des rangées de sièges et escalada l'estrade pour atteindre le piano, toujours sur la skene, elle ne me verrait pas très bien mais l'acoustique suffirait pour ce que nous venions faire ici. Je m'asseyais donc devant le piano, caressant légèrement les notes pour me calmer. Oui, j'étais un peu nerveuse, un stress différent des grandes compétitions entre génies pianistes mais un vrai stress, une vraie boule au ventre. Je saisissais alors mon carnet de partitions qui gisait toujours à côté du piano et parcoura ses pages pour trouver de quoi jouer, puis une fois décidé je me mis à jouer.



Je parle en #cc66ff.
Revenir en haut Aller en bas
Raven
Invité
avatar

Ven 12 Mai - 20:57
Raven
Raven L. Lentz
Ancien membre

Cette fille était vraiment bizarre. Je l'insultais, je la frappais et... Elle ne bougeait pas. Je clignais des yeux, restant un peu perplexe. Elle venait d'accepter mon défis, elle était tarée ou quoi? Ou alors... Oui, il n'y avait que ça de possible: elle était ce qu'on appelle sadomasochiste. Bah quoi! Elle ne dit rien au fait que je l'insulte et que je la frappe, elle doit aimer ça, non? Oui, c'était ça ! Elle faisait sa petite fille intelligente et au-dessus de tous, adoptant un personnage kawaii et mignon, mais en réalité, c'était une fan du SM ! Tenue de cuir et fouet... Je venais de l'imaginer comme ça alors qu'elle me prenait la main et qu'elle me tirait. Je tirais ma main vers moi pour l'empêcher de me tenir encore longtemps, quand on arriva pile devant l'auditorium. Retour à la case départ.

- Je te l'ai dis, je m'en fou de ton prénom...

J'avais regardé autour de moi si personne ne nous avez vus. Il ne manquerait plus que ça, qu'on me voit avec elle ! Avec une ISS. J'allais m'en prendre plein la tête de la part des IRS ! Non, il ne fallait absolument pas que quelqu'un me voit avec elle.

-"Assied toi je te prie et écoute.."

Comme si j'allais attendre sa permission, nan mais c'est quoi cette bourge?! Je m'étais déjà installée au milieu de la salle, je n'avais pas envie d'être collée à elle, puis l’acoustique de la salle était presque parfaite alors bon, ça irait de là où je suis. Avachis sur mon siège, les pieds sur le siège de devant, je m'étirais pour me mette à l'aise... Quoi on ne met pas ses pieds sur les fauteuils? Rien à foutre!

Je regardais alors "Miss SM", voilà, j'allais l'appeler comme ça ! Ça lui allait bien comme surnom. Elle marchait en direction de la scène, je me mise à bailler, et m'installant encore plus dans le fauteuil, je glissais mes mains derrière la tête... Là, j'étais bien. Un baillement s'arracha de ma bouche alors que mes yeux se fermaient, j'entendrais "mieux" comme ça... On allait bien voir si elle allait réussir à me transporter ! Haha, j'en rigolais d'avance.

Les premières notes tombèrent... Le rythme était semi rapide, puis légèrement lent... Je fronçais les sourcils, qu'est ce que c'était? Je ne connaissais pas... Après, je n'étais pas douée en musique, à part le chant, parlez moi de musique classique à part Mozart et encore, je ne m'intéressais pas vraiment au classique. Non, je n'étais pas non plus mordue de rap et de musique de cas sociaux non plus.
La suite devenait un peu plus intéressante, j'aimais bien le rythme et la répétition des notes. Je me mettais à bouger la tête, esquissant un léger sourire... Je ne connaissais pas la chanson et pourtant, j'avais envie d'ouvrir la bouche et de chanter par-dessus, certes des paroles qui ressembleraient à du yaourt, mais j'avais envie de l'accompagner.M'en rendant compte, je me stoppais net, et en secouant la tête, j'ouvrais les yeux la fixant. Je ne devais pas lui montrer un quelconque signe, non !

Ca faisait chié, elle était douée et j'allais devoir le reconnaître: hors de question ! Ce n'était pas envisageable... Je croisais alors les bras, la fixant... J'allais quand même la laisser finir. Une fois que ses mains touchèrent les dernières touches, firent le dernier accord, je me levais en baillant, adoptant un air détaché. Je descendais, m'approchant. J'haussais un sourcil:

- C'est avec ça que tu comptes me transporter? C'était nul... Je pensais que tu étais plus douée que ça! Je suis légèrement déçue!

En réalité, j'avais juste envie qu'elle joue autre chose. Je soupirais, et croisant à nouveau les bras avec un air détaché, je la défiais encore plus du regard. Allait-elle jouer à nouveau ou m'enverrait-elle me faire voir? Ou mieux, allait-elle se mettre à pleurer comme une gamine?
Revenir en haut Aller en bas
Amaryllis Hanazumi
ISS |:| Troisième année
avatar
Messages : 78
Né(e) le : 05/08/2000
Date d'inscription : 12/05/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Libre
Nationalité : Française
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 12 Mai - 20:57
Mes doigts se posèrent sur les premières notes et tout de suite je fermais les yeux,jouant la mélodie que je connaissais par cœur. En effet, j'avais coutume de l'utiliser pour les auditions et j'avais toujours rêvée de me faire une amie sur cette musique, de la partager et même de la jouer en public un jour si possible. J'ouvrais les yeux tandis que mes doigts bougeaient machinalement sur le clavier pour retranscrire la chanson du mieux possible, sans fioriture. Je regardais alors dans la direction de mon examinatrice qui semblait être assez réceptive à la mélodie comme en témoignait le mouvement de ma tête , je souris alors et joua avec plus de cœur tentant de faire transparaître mes pensées au cours de la mélodie puis survint le dernier accord.

Je relevais alors la tête, soufflant légèrement pour reprendre mon souffle après une telle concentration, je la vis alors descendre lentement les marches,gracieusement malgré son air détaché. Elle vint se placer près de moi et me lâcha quelques paroles pour me déstabiliser.

- C'est avec ça que tu comptes me transporter? C'était nul... Je pensais que tu étais plus douée que ça! Je suis légèrement déçue!

Je ne pus m'empêcher de venir poser une main devant ma bouche avant de pouffer de rire. Elle mentait si mal et elle était si têtue que ça en devenait mignon. Elle n'avait pas cesser de bouger de la tête pendant toute la mélodie mais elle n'avait pas appréciée? N'était-ce pas mignon? N'était-ce pas une manière de demander plus encore? J'accédais donc à cette requête voilée en souriant après avoir mis au jour sa contradiction.

-"Bien sûr que c'est nul..oh tu es mignonne...ton pied bouge encore en rythme..."

Je décidais alors de jouer quelques chose de plus lent, de plus triste, de plus tragique pour lui exprimer que je savais aussi représenter ce genre de sentiments habilement. Mes doigts se mirent à se mouvoir sur le clavier tandis que je tentais de me souvenir des notes. La mélodie commença alors avec ses notes longues et ses graves tandis que je regardais du coin du regard la jeune femme tandis que mes mains agissaient; les notes prenaient de l'ampleur tandis que je scrutais les réactions de la jeune femme. Après deux courtes minutes, je fis une courte pause juste pour changer d'état d'esprit avant de me relancer dans une autre mélodie sur un ton bien plus léger et une cadence plus rapide. Cette mélodie était celle que je venais d'apprendre à jouer quelques jours auparavant pour le prochain examen technique que je devrais passer. Elle était très ardue et je savais que la moindre fausse note se sentirait mais après le côté émotion, je pouvais tout simplement me laisser porter par les notes sans penser et démontrer tout mon brio et ma technique à cette chanteuse indécise. Je réussis, non sans mal et non sans rester assez fixé sur la partition, à reproduire la mélodie sans fausse note. Je me levais alors et regarda la jeune fille mystérieuse dans les yeux.

-"Tu vois que je suis pas si nulle..."

Pour pousser l'arrogance et signer plus encore ce duel remportée, je m'approchais et déposa un baiser sur sa joue en me dressant sur la pointe de mes pieds. Je ne sais pas trop pourquoi d'ailleurs. Je ne suis guère orgueilleuse concernant ma manière de jouer mais pour une drôle de raison je tenais vraiment à l'accompagner au piano et à lui montrer que je voulais simplement être son amie même si je savais qu'une simple mélodie, aussi prestigieuse et difficile à jouer soit-elle, ne suffirait pas à contenter la jeune fille ou à lui faire avouer son erreur.



Je parle en #cc66ff.
Revenir en haut Aller en bas
Raven
Invité
avatar

Ven 12 Mai - 20:58
Raven
Raven L. Lentz
Ancien membre



The Sound of silence.


Elle me tapait sur le système cette pianiste à deux balles. Même si je ne pouvais que reconnaître son talent, jamais je ne l’avouerais et vraiment, cette phrase me donnait envie de lui écraser les doigts avec le capot du clavier… Ts. Je détournais le regard, signe de nervosité…

- Si je te dis que c’est nul…

A cet instant, je ressemblais plus à une petite fille qu’autre chose… Sérieusement, elle se foutait de ma gueule ! Elle se foutait royalement de moi avec son « oh tu es mignonne »… Ouais, elle avait de la chance que j’aie la flemme de monter sur cette scène pour lui faire avaler les touches ! Mais elle prit ma phrase comme une autre provocation et elle se remise à jouer sans plus attendre. Haussant les épaules, je m’asseyais sur le bord du plancher, prête à écouter la nouvelle mélodie.

Une mélodie beaucoup plus grave… Triste. Mes yeux s’écarquillèrent… Pourquoi cette pression sur mon cœur ? Il s’emballait. Je sentais mes larmes qui voulaient s’échapper, une rage naissante dans mon cœur… Alors mes yeux se fermèrent, me concentrant sur ma respiration, des souvenirs me revenaient, pas des plus agréables. Je me revoyais avant le drame… Dans ma jeunesse… Des cris, des pleurs… Je me revoyais faire des conneries, certaines dont j’aurais bien voulu me baffer avant de les faire. Certaines notes plus appuyés que d’autres me rappelaient avec douleur la sensation de la lame du rasoir sur ma peau, ou le couteau sur mes veines, s’y plantant… Un picotement douloureux et tellement agréable, une sorte de délivrance, comme si le mal « sortait ». Puis la chaleur du sang recouvrant le bras, l’amusement du jet de la veine perforée… Un énorme frisson me sortit de mes pensées. Je serrais les mains, et levant la tête, je me rendais compte que la musique venait de s’arrêter. Je serrais les mâchoires, la fixant.  Elle me regardait… Elle devait bien en rire de me voir comme ça, croyez vous qu’elle ait compris qu’elle venait de totalement me transporter avec sa musique ? Surement.

Et elle recommençait… Je soupirais, cette musique était bien plus douce. Je restais concentrer sur la jeune fille aux cheveux roses, comment s’appelait-elle déjà ? J’aurais peut-être du retenir son nom…  Je restais sur terre avec cette chanson. Pas qu’elle était nulle, mais elle ne me transportait pas autant que l’autre… Et pourtant, elle était plutôt belle. Je gardais les yeux ouverts, les bras croiser, même si on pouvait presque voir mes yeux se noyer, je faisais mine de rien, la laissant finir. La mélodie fini par s’arrêter, je regardais alors la pianiste se lever et s’approcher…

… Qu… Qu’est ce… ?! Je sentais quelque chose de chose et de désagréable sur la joue. Elle venait de déposer un baiser ? Sans trop réfléchir, alors qu’elle était encore à portée, je baissais la tête violemment pour lui mettre un coup de boule. Plus un reflexe qu’autre chose à vrai dire…

- Oh ! Tu te prends pour qui ?!

Je serrais la mâchoire, décidément, elle m’énervait. Je la poussais pour monter sur la scène, la fixant. Je ne sais pas pourquoi, mais je m’installais au piano… A vrai dire, je ne connaissais que deux mélodies au piano, et simplement par cœur ou machinalement en vérité, je ne connaissais pas le solfège, j’avais juste appris bêtement les touches en regardant des vidéos sur YouTube. Je commençais alors à jouer lentement une musique plutôt triste et douce… Pourquoi j’avais choisi cette chanson, je n’en avais aucune idée, surement avais-je besoin d’exprimer cette douleur ? The Sound of Silence, une chanson qui résumait bien mon état d’esprit… Toujours à vouloir hurler et exprimer ce que je ressens mais…

« My words, like silent raindrops fell, and echoed in the wells of silence… »

Oui, c’était une chanson qui s’accordait totalement avec ce que je pouvais ressentir… Il fallait qu’elle s’estime heureuse, même si elle ne comprendrait rien, vu qu’elle avait l’air conne. Mais, bizarrement, j’avais apprécié ce petit échange musical, ça faisait bizarre de l’avouer ! Puis, c’était la première et dernière fois, autant s’accorder un petit plaisir… Je ne la reverrais surement plus, et je ne voulais pas la revoir, elle était chiante et elle me tapait sur le système !
© Codage by Citron. - Institut Indare
Revenir en haut Aller en bas
Amaryllis Hanazumi
ISS |:| Troisième année
avatar
Messages : 78
Né(e) le : 05/08/2000
Date d'inscription : 12/05/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Libre
Nationalité : Française
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 12 Mai - 20:59
Sa réaction ne se fit pas attendre et elle me gratifia d'un coup de tête. Je reculais alors sous la douleur en me frottant le front. Décidément elle était vraiment loin d'être commode, en plus ça fait mal..je vais avoir une bosse.. Je relevais les yeux pour essuyer sa réprimande.

- Oh ! Tu te prends pour qui ?!

Je ne répondais pas, observant simplement ses agissements suivants : en effet cette dernière se contenta de me pousser pour venir se mettre au piano. Je la regardais faire en m'interrogeant. Savait-elle en jouer? Pas que je doute de ses capacités mais que je ne lui connaissais pas ce talent. A vrai dire, je ne savais rien d'elle, pas même son nom. Etrange non? Qui aurait pensé qu'une fille comme moi aurait poursuivie quelqu'un dont elle ne sait rien? Je n'étais pas plus cruche que d'autre et loin d'être inconsciente. Je ne sais pas. J'appréciais juste sa compagnie. Je tiens à dire que je ne suis pas masochiste. Juste que... Je ne sais pas mais cette fille était particulière, je discernais en elle nombres de qualités qu'elle refusait aux autres alors qu'elle aurait pu embellir sa vie mais quelque chose semblait la bloquer. Je secouais la tête pour m'enlever de la tête ces idées. Après tout qui étais-je pour l'embêter avec ça mais... J'allais lui demander son nom quand la mélodie se mit en route. Le rythme et la technique était un peu incertains mais j'avais entendu bien pire de certains profs de piano qui ne maîtrisait pas la "vibe" de leurs airs ce qu'elle faisait à merveille. Je ressentais une certaine solitude et une certaine tristesse dans cet air mais surtout de la jolie jeune femme. Je fermais les yeux tout en m'avançant doucement vers le piano en me repérant grâce à sa musique puis une fois à proximité je m'asseyais sur ce dernier. Je laissais alors la musique envahir mon être pendant les courtes minutes de celle-ci. Une fois la chanson terminée je me relevais en ouvrant les yeux avant de lui faire un beau sourire. Sans vraiment le vouloir, elle venait de partager un peu d'elle-même et de son monde avec moi et qu'elle le veuille ou non je me trouvais bien heureuse d'avoir saisi tout l'impact de ces notes et ce qu'elles exprimaient. Je m'avançais doucement vers elle et avant qu'elle ne se relève je vins me mettre à sa hauteur en pliant les jambes puis je penchais la tête avant d'oser l'impensable pour elle je suppose : je mettais ma main sur sa joue en souriant avant de ponctuer de quelques mots.

-"Tu as un cœur magnifique.."

Je me relevais et je vins m'assoir à côté d'elle sur le banc qui faisait face au piano comme si nous étions amies depuis toujours avant de commencer à jouer "Fur Elise" un classique assez simple à maîtriser.Je m'adressais alors à elle, toujours avec une voix douce et calme.

-"Tu sais sans vouloir juger, tu joue très bien mais on sent un peu que tu joue par automatisme même si tu retranscris bien tes émotions mais ta technique rend un peu ça discordant. Disons qu'il y'a un gros écart entre ton talent et ta technique. Je pense quand même que ta voix reste ton plus bel outil mais tu es loin d'être mauvaise. Je peux t'apprendre si tu veux."

Je me concentrais de nouveau sur mes doigts qui jouaient jusqu'à présent en automatique puis me permit de lui demander son prénom tout en réaffirmant mon désir d'être son amie.

-"Je suis pas une prof' super mais .. j'ai appris à ma petite cousine donc je crois pouvoir aider même si elle s'est spécialisé au violon quand à elle.. sinon je ne t'ai pas encore demandé, tu t'appelle comment? je sais que c'est bizarre de demander ça comme ça mais je veux être ton amie.."

Je crois qu'elle avait déjà compris que je n'étais pas parfaite pour les relations sociales mais j'avais l'impression d'avoir franchi un pas avec elle.



Je parle en #cc66ff.
Revenir en haut Aller en bas
Raven
Invité
avatar

Ven 12 Mai - 21:00
Raven
Raven L. Lentz
Ancien membre



La mélodie de ta volonté.

Une claque contre sa main en guise de réponse. Je la fusillais du regard, pourquoi me caressait-elle la joue cette pimbeche? Et sa phrase "un coeur magnifique"... Pour qui se prenait-elle?! Je plissais les yeux:

- Comment tu peux dire ça à travers une chanson? Tu sais, je peux très bien faire ressentir ce que je veux... Surtout que mon coeur n'est pas du tout magnifique ! La preuve, je te frappes et je t'insulte, qui ferais ça avec un coeur magnifique?!

J'en avais assez ! Il fallait que je dégages, sinon, j'allais vraiment péter un câble. Quand elle s'installait, je me levais plus par dégoût qu'autre chose, je n'étais pas son amie, elle était trop proche... Elle s'attendait à quoi, qu'on fasse un quatre main ensemble? Qu'elle aille se faire foutre. Mais là voilà qu'elle "me donnait une leçon" sur le piano, qu'est ce que j'en avais à faire?!

- J'en ai rien à foutre de ce que tu me dis, de toute façon, j'ai jamais pris de leçon de piano, je ne vais pas commencer maintenant! Je m'en moque d'être douée ou non, tant que ça me plaît ! grognais-je en la fixant.

Mes yeux étaient plus rivés sur ses gestes que sur elle, enfin, j'essayais de me concentrer sur la musique et ses mains, car si je la regardais, j'allais l'attraper par le visage pour lui mettre un coup de tête et surement la frapper jusqu'à que ma rage sorte. Je croisais alors les bras, elle voulait faire amie-amie? Là, j'éclatais de rire. Sérieusement? J'avais bien entendu? Je ne pouvais me retenir, un rire des plus moqueurs... J'étais presque pliée... Je reprenais mes esprits, écrasant une larme, en tout cas, elle faisait rire cette gamine !

- Nan mais tu es vraiment... Haha... Tu es vraiment conne... Tu veux qu'on soit amie? Mais laisse moi rire, j'ai simplement pas envie d'avoir une craneuse comme toi comme amie... Une gamine qui ne sert à rien... J'ai autre chose à foutre! lançais-je simplement en haussant les épaules.

Devenir amies, et puis quoi encore? C'était hors de question. Et d'autant plus pour qu'elle soit "ma prof"... Elle était vraiment stupide ou elle vivait dans un monde de bisounours, elle s'attendait à quoi, que je lui prennes la main et qu'on court ensemble dans un champ en fleurs avec des papillons partout en rigolant et avec écrit en gros au-dessus de nous: "Best Friend For Ever" ? Haha ! Rien que cette pensée me donnait envie de vomir. Je lui offrais un regard des plus blasés:

- Tu as peut-être du temps à perdre avec ta musique, j'ai d'autre chose à faire... Puis, je ne vais déjà pas en cours quand c'est obligatoire, alors me farcir des cours facultatifs avec une gamine insupportable, chieuse et qui se croit meilleure que tous, non merci ! soupirais-je presque.

Je regardais ses doigts puis elle, baillant.

- Bref, vu que j'ai eu un mini frisson, j'accepte de chanter sur une chanson... Mais seulement une fois! avouais-je à moitié, une chanson seulement et tu ne dois en parler à personne... Je suis une connasse mais je tiens presque toujours parole... Alors je t'accorde: une chanson. Maintenant ou un autre jour, mais ne tarde pas trop, je vais surement changer d'avis... Et celle que tu veux, je peux en apprendre une, mais que si elle ne me fait pas chier...

J'attendais sa réponse, aussi chiante qu'elle était, j'écoutais. Je détournais ensuite les talons pour partir... Elle n'avait pas intérêt à me suivre cette petite cruche !
© Codage by Citron. - Institut Indare
Revenir en haut Aller en bas
Amaryllis Hanazumi
ISS |:| Troisième année
avatar
Messages : 78
Né(e) le : 05/08/2000
Date d'inscription : 12/05/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Libre
Nationalité : Française
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 12 Mai - 21:01
J'eus très vite sa réaction et comme je pouvais m'y attendre, elle n'était guère positive.

- Tu as peut-être du temps à perdre avec ta musique, j'ai d'autre chose à faire... Puis, je ne vais déjà pas en cours quand c'est obligatoire, alors me farcir des cours facultatifs avec une gamine insupportable, chieuse et qui se croit meilleure que tous, non merci !

Elle n'avait donc toujours pas décidé de se laisser faire : par là j'entends qu'elle ne se laissait pas amadouer malgré les efforts. Je savais que ce n'était pas évident. Je savais bien que je devais paraître stupide et idéaliste mais je désirais vraiment devenir son amie.

- Bref, vu que j'ai eu un mini frisson, j'accepte de chanter sur une chanson... Mais seulement une fois!..

J'écarquillais les yeux en la regardant avant de réaliser. Allons dont elle avait finalement décidé de me laisser une chance, à moi , la petite ISS collante et chiante comme elle dirait. Au fond de moi ,je n'en revenais pas, c'était assez inattendue de sa part. De plus, je dois admettre que je ne savais que lui faire chanter mais cette dernière résorba de suite mon problème.

"... une chanson seulement et tu ne dois en parler à personne... Je suis une connasse mais je tiens presque toujours parole... Alors je t'accorde: une chanson. Maintenant ou un autre jour, mais ne tarde pas trop, je vais surement changer d'avis... Et celle que tu veux, je peux en apprendre une, mais que si elle ne me fait pas chier..."

Hmmm. Que pouvais-je donc lui faire apprendre? Je savais déjà au fond de moi ce que je désirais la voir chanter. Je la vis se détourner de moi et repartir aussi juste avant qu'elle ne parte je l'interpellais.

-"Hey...apprends White Album s'il te plaît...et encore merci !" m'écriais-je.

Nous venions de nous rencontrer mais j'étais heureuse car je sentais que je pouvais d'ores et déjà comptés sur elle mais les événements confirmeront ou pas mes pensées.



Je parle en #cc66ff.
Revenir en haut Aller en bas
Raven
Invité
avatar

Ven 12 Mai - 21:02
Raven
Raven L. Lentz
Ancien membre



Trois jours, une chanson.

-"Hey...apprends White Album s'il te plaît...et encore merci !"

White Album ? Kékécé? Je clignais des yeux. Pourquoi pas, après tout, je lui avais bien dis que je chanterais ce qu'elle voulait, non?

- Rendez-vous ici dans 3 jours... Ca sera largement suffisant.

Je n'en avais pas entendu d'avantage, j'étais parti. Marchant dans les couloirs vides, il n'y avait personne, ouf. Je laissais un soupire de soulagement sortir de ma bouche, j'étais plutôt heureuse que personne ne m'ait vue avec cette petite ISS.

Je regagnais alors ma résidence surveillée, passant le contrôle, mon bracelet électronique bipa, putain de bracelet...
Je pouvais à présent regagner mon "studio"... C'était un réel bordel, il y avait le strict minimum, quoi que, depuis peu, je pouvais avoir un ordinateur portable, depuis la rentrée en fait. Ouais.
Je jetais mon écharpe et mes chaussures en plein milieu de la chambre, sans en avoir rien à foutre. Je me déshabillais, laissant mes affaires en plein milieu... J'avais besoin de prendre une douche, de me réchauffer et surtout de me détendre. J'attrapais alors mon PC, nue, et je l'emmenais dans ma salle de bain, là, j'allais sur la célèbre chaîne de vidéo: YouTube, et je tapais alors la chanson de cette gamine... Je mettais la chanson en arrière plan pendant que je prenais ma douche. Enlevant mon collier avec mon corbeau d'argent, je filais sous l'eau chaude.

Je reconnaissais rapidement les premières notes, elle l'avait joué au piano... Je sentais l'eau couler sur ma peau, sur mon visage, mes yeux se fermèrent, et je restais concentrée sur la musique. La chanteuse commença alors à chanter d'une voix plutôt normale, j'avais une voix légèrement plus grave, mais ça irait. J'allais pouvoir la reproduire facilement, elle aurait surement un ton plus grave et plus lent, j'espérais que l'autre débile s'accorderait à mon tempo. La chanson était plutôt plaisante, même si j'avais du mal avec le japonais, je ne parlais pas du tout cette langue et j'avais rarement entendu cette sonorité... J'allais devoir m'y mettre. Fais chier, j'avais pas envie de bosser plus que ça... Bah, il suffisait juste de reproduire ce que j'entendais, j'allais pas apprendre à prononcer les mots correctement, je m'en fichais, nan? J'avais juste à apprendre les mots de la chanteuse.

Je passais mes mains sur mon corps pour me savonner, la sonorité de la chanson me faisait des frissons, je ne saurais dire pourquoi, mais je bougeais la tête en rythme... En passant le shampoing, je m'accordais même une légère danse avec mes hanches. Mais qu'est ce que je foutais moi?! Je m'arrêtais d'un coup, me rinçant totalement, je sortais rapidement, en m'enveloppant dans une serviette. Attrapant l'ordi, je me collais sur mon lit, en serviette et à moitié mouillé, je téléchargeais la chanson... Ca serait plus pratique pour la mettre en boucle. Alors que je passais énergiquement une serviette sur mes cheveux, j'avais affiché les paroles et je les lisais en même temps que je les entendais. Je commençais à siffloter l'air et à dire quelques mots alors que je m'habillais, j'enfilais simplement un short et un débardeur avec un gros gilet épais, remettant mon corbeau autour de mon cou... Je tenais à ce collier plus que tout au monde, je sais, c'était bête, mais j'adorais ce collier.

Je me mettais ensuite dans mon lit, fermant les yeux, écoutant encore et encore la chanson... Ca allait bien finir par rentrer... En 3 jours, j'avais le temps.
© Codage by Citron. - Institut Indare
Revenir en haut Aller en bas
Amaryllis Hanazumi
ISS |:| Troisième année
avatar
Messages : 78
Né(e) le : 05/08/2000
Date d'inscription : 12/05/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Libre
Nationalité : Française
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 12 Mai - 21:02
3 jours. Ces trois jours s'étaient écoulés assez vite mais pour résumer suite à cette entrevue j'étais rentrée dans ma chambre vide et j'avais dès lors commencer à m'entraîner à l'aide de mon clavier numérique et de mon ordinateur. J'avais entre temps dû accueillir deux nouvelles colocataires du nom de Isabella et Elyana Krysten , deux filles adorables, mais j'avais , à leurs dépens il est vrai, privilégiée l'apprentissage de la chanson afin de savoir au mieux m'adapter aux fluctuations de rythme et de sonorité que la voix de la jeune fille allait me faire faire...D'ailleurs l'idée me traversa plusieurs fois : je ne savais rien d'elle, aussi tiendrait-elle sa promesse? Au fond de moi je n'en doutais guère aussi je me levais de bon matin le Mercredi dans le but de la rejoindre comme convenue.

Je mis mon uniforme sans réveiller mes deux camarades de chambrée qui ne noterais sûrement pas mon absence : en effet, il n'était pas rare que je quitte le matin ma chambre pour aller m'exercer au piano (en vue de cette journée) ainsi elles étaient déjà habituées à mes absences.
Je désertais donc ma chambre sans un mot juste en laissant un mot sur la table à destination de mes camarades avec un thé déjà prêt pour les deux jeunes femmes. Je m'aventurais ensuite dans le froid mordant de la matinée en direction de l'auditorium. Je souriais en marchant parmi la fine poudreuse qui tombait telle un rideau sur le parc séparant les dortoirs et le bâtiment des IRS : en effet tout était semblable mais différent à la fois ; le paysage et l'heure était la même mais je me sentais différente. J'allais non pas à une répétition comme une autre mais à une répétition avec une amie. Vous devez me trouver idiote de considérer cette fille comme une amie alors qu'à part se moquer de moi et me frapper elle ne m'avait montré aucune considération mais au fond de moi je pense que celà n'était qu'une carapace.

Je pénétrais dans l'auditorium sur ces pensées retrouvant l'atmosphère si particulière du lieu. La pièce semblait ne pas avoir été utilisée depuis lors aussi je descendais les escaliers avant de rejoindre la scène puis le piano, m'asseyant sur le banc qui n'avait pas bougé d'un iota. Je caressais  le clavier et commença à jouer White Album en chantonnant les paroles afin d'essayer d'adapter la teinte de mes notes, d'adapter cette dernière à la voix si particulière de l'élève.

D'ailleurs celle-ci commençait à se faire désirer. Viendrait-elle? ou resterais-je ainsi à attendre un long moment jusqu'à que l'espérance ne se taise en moi? Je pouvais bien attendre deux minutes après tout, elle n'avait que 10 minutes de retard, rien de bien dramatique aussi pour patienter j'entamais un medley de divers mélodies allant du thème de Tifa, de la chanson Why de Ayaka , en passant par le thème Mirrors de Tales of Abyss et en terminant parle thème de Aya quand une porte s'ouvrit en haut de la salle. Elle était venue finalement .



Je parle en #cc66ff.
Revenir en haut Aller en bas
Raven
Invité
avatar

Ven 12 Mai - 21:03
Raven
Raven L. Lentz
Ancien membre



A white day... A white song...

3 putains de jours à chanter la même chanson... Je la connaissais vraiment par cœur à présent. J'avais même réussi à m'approprier la sonorité, l'intensité des paroles, je n'avais pas vraiment changer la chanson, je l'avais juste "adapté" pour moi. En plus, il fallait dire que le japonais n'était vraiment pas DU TOUT FACILE ! Oui, j'aurais pu bêtement la chanter, faire un copié/collé et on en serait resté là... Sauf que je trouvais ça chiant. Alors autant que cette chanson me plaise un minimum en la reprenant à "ma" façon.

J'arrachais un bout de mon petit pain, traînant les pieds... J'avais froid. Malgré la veste d'hiver de l'uniforme, la jupe était assez inconfortable, en plus, je détestais en porter. On était mercredi et j'avais été obligé de mettre l'uniforme car je devais au moins "faire semblant" d'aller en cours. Eh oui, donc porter l'uniforme ! Ce que je n'aimais pas, c'était les petites chaussures de ville qui ne remontait pas, on voyait clairement mon bracelet électronique à la cheville... Non pas que ça m'importait, mais, c'était assez chiants, les profs avait tout de suite leurs préjugés à deux balles.

Baillant, laissant la fumée sortir de ma bouche, je toussais car je mettais presque étouffée avec une miette de mon petit pain. Quelle abrutie... Je secouais la tête pour m'en remettre quand je voyais des petites pellicule blanche sur ma main... Il neigeait? Je relevais la tête, fixant le ciel totalement blanc et gris avec les flocons qui tombaient petits à petits. Sans trop m'en rendre compte, je me mettais à chantonner la mélodie que j'avais appris... Mais je m'arrêtais rapidement. Le bâtiment était droit devant, je venais de quitter la résidence surveillée après un contrôle de sortie, j'avais fais des conneries dernièrement, et j'avais le droit de sortir seulement sous surveillance, je devais faire signer une feuille de "présence" toutes les heures à mes profs... Pf. Quelle plaie!

Poussant la porte de bâtiment annexe, j'entrais en "dépoussiérant" mon uniforme pour chasser la neige. Troooop froid !!
Je terminais mon dernier bout de mon petit déjeuner que j'avais attrapé à la va-vite, et je marchais vers l'auditorium. Il y avait beaucoup plus de monde que la dernière fois, naturellement, ça allait être le début des cours, les sécheurs se retrouveraient ici... Enfin, en parlant de monde, il n'y avait pas plus de 10 personnes.
J'entendais des mélodies... Elle était déjà là? Je regardais vivement une pendule dans le couloir, j'avais presque 1h de retard. Haha ! J'avais pas fais attention... Je restais quelques secondes derrière la porte à écouter ce qu'elle jouait. C'était assez beau. Je n'allais pas attendre plus longtemps, j'ouvrais la porte rapidement et elle arrêtait de jouer.

- Salut Miss SM !

Merde ! J'avais dis ce surnom sans m'en rendre compte. Je me grattais la tête, haha ! C'était sorti tout seul. Je descendais alors la salle pour m'approcher.

- Bon, j'ai pas plus de temps à perdre la chieuse, alors on commence maintenant! ordonnais-je presque en sautant sur la scène.

Je m'approchais du piano, la regardant assise, je croisais les bras, totalement fermée à la discussion. Je n'étais pas là pour faire amie-amie, rappelons-le, mais pour chanter cette maudite chanson que je lui devais.
Décroisant mes bras, je m'éloignais en faisant quelques vocalises, je n'avais pas envie de me rater, elle allait encore pleurer sinon et je serais encore plus coincé ici, avec elle. Je faisais toutes les gammes, les intensités, puis, après avoir toussé, je la regardais.

- Ok, je suis prête...

Je prenais une grande inspiration et après avoir laisser le temps d'intro, les premières notes de piano sorties, je comptais le tempo avant de m'élancer, prononçant les premiers mots...

« Surechigau mainichi ga fuete yuku keredo…
Otagai no kimochi wa itsumo soba ni iru yo... »
© Codage by Citron. - Institut Indare
Revenir en haut Aller en bas
Amaryllis Hanazumi
ISS |:| Troisième année
avatar
Messages : 78
Né(e) le : 05/08/2000
Date d'inscription : 12/05/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Libre
Nationalité : Française
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 12 Mai - 21:03
Miss SM?

La jeune femme qui venait de rentrer dans l'auditorium, avec une bonne heure de retard venait de m'interpeller avec un surnom que je ne saisissais guère. Je comprenais sans mal le qualificatif Miss mais SM que signifiait cette acronyme, aussi je penchais la tête, un peu circonspecte avant de demander innocemment tandis que la jeune femme descendait les marches une à une en se grattant la tête, visiblement gênée.

-"Miss SM? C'est quoi?Une façon de dire pianiste?"

Je n'eus cependant aucune réponse à ma question; au contraire la jeune femme me fit comprendre que nous devions nous atteler au plus vite à la tâche, certes avec un langage châtié, mais au fond celle-ci avait tout à fait raison aussi j’acquiesçais sans chercher à aucun moment à lui rappeler que notre retard découlait principalement du sien. J'avais eu la chance d'être dotée d'une certaine éducation et dans celle-ci figurait le fait qu'il valait mieux éviter de parler des travers des autres si on désirait rester dans leurs petits papiers, ce qui en plus n'était guère mon cas concernant cette jeune femme.

-"Oui tu as raison allons-y"

Elle s'approcha tandis que je faisais travailler mes doigts puis elle s'affaira à faire quelques vocalises. Tandis qu'elle faisait celà, ayant déjà échauffé mes doigts je m'interrogeais sur son apprentissage. En effet, elle n'avait guère l'air enchantée d'être là, plus encore elle semblait voir cet échange musical comme une obligation ou plutôt un serment. L'expérience m'avait appris que la musique ne laissait pas de place à l'obligation et j'avais donc peur de devoir tout reprendre avec elle comme si je devais m'affairer à un cours. Après tout peut-être avait-elle apprise la chanson à la va-vite sans même chercher à se l'approprier. Je n'eus pas le temps d'approfondir cette réflexion que je vis la jeune fille prête ce qu'elle confirma par quelques mots.

Je hochais alors la tête afin de lui signifier que nous allions nous y mettre.Je posais alors mes doigts sur les premières notes puis attendit que les paroles viennent pour juger. Je dois dire que je fus étonnée.

« Surechigau mainichi ga fuete yuku keredo…
Otagai no kimochi wa itsumo soba ni iru yo... »


Les paroles étaient maîtrisées et la tonalité était certes plus grave mais on pouvait y sentir l'âme de la chanteuse transparaître dans son interprétation mais.. je lui laissais enchaîner ses paroles puis m'arrêta brusquement. Quelque chose clochait et je ne voulais guère jouer dans ses conditions. Je pensais avoir mis le doigt sur quelque chose aussi je me levais devant l'air étonné de ma partenaire de répétition.

-"Une seconde..."

Je montais les marches quatre à quatre afin d'atteindre la seule entrée par l'intérieur des bâtiments, la seule, vraisemblablement, où quelqu'un pourrait entendre quelque chose et la bloqua comme je pus avec un strapontin brisé qui gisait dans l'angle de la pièce puis je redescendais reprendre place sur le banc de mon piano avant de sourire à l'inconnue.

-"Comme ça tu peux cesser de brider ta voix..enfin si tel est le cas mais j'avais cette impression..."

Je repris du début, ignorant son éventuelle réponse, j'étais plus absorbé par le fait d'adapter la tonalité de ma mélodie à sa voix que par sa réponse je l'admets, puis je repris la chanson du début, les yeux désormais fermés pour accompagner au mieux les variations de sa voix.



Je parle en #cc66ff.
Revenir en haut Aller en bas
Raven
Invité
avatar

Ven 12 Mai - 21:03
Raven
Raven L. Lentz
Ancien membre



Sweet Memory...

Une façon de l'appeler pianiste? Sois elle était conne, soit c'était une blague que je n'avais pas compris.  Elle ne savait pas ce que c'était le SM? Haha ! Si elle pensait ça, j'allais jouer là-dessus alors. Mais pour le moment, mon chant était plus important.

On s'était accordé ensemble, je laissais la mélodie sortir de ma bouche...

-"Une seconde..."

... Mais d'un coup, le piano cessa. Quoi?! Ah non, elle n'allait pas me faire ce coup du: "attends je me suis trompée, on peut recommencer?" ou alors "attends, tu as loupé un mot!", non, qu'on en finisse bon sang. J'allais faire une reflexion quand je la vis se lever...

- Quoi encore?

Madame avait des vers aux fesses? Elle avait envie d'aller faire pipi? Ou elle se rendait compte de sa nullité pour pouvoir m'accompagner?
Je la suivais du regard, elle se levait. Mais bon sang, qu'est ce qu'elle faisait? Je croisais les bras, sentant mon énervement monter. Je tapais du pied, la suivant... Qu'est ce qu'elle fichait? Je toussais puis, décroisant les bras, je commençais à faire les cents pas avant de la suivre pour voir ce qu'elle fabriquait... Pourquoi prenait-elle ce fauteuil? Haussant un sourcil, je la regardais faire. Elle venait de bloquer l'accès par les coulisses... Pourquoi? Elle voulait me séquestrer et me garder avec elle jusqu'à la fin?!
Et si en réalité c'était une Potion totalement psychopathe qui aime enlever les gens? Qu'est ce que je peux être bête parfois, même si ça serait amusant à imaginer... Oh ! Mais bien sûr ! Elle veut me séquestrer avec elle pour me faire chanter jusqu'à mon dernier souffle ou alors pour que je la frappe jusqu'à la fin de sa vie, d'où le côté SM?! Mh... Mais c'est qu'elle cache bien son jeu cette petite vicelarde ! Je fronçais les sourcils, j'avais compris son piège, elle voulait juste me retenir prisonnière!

La revoilà! Elle revenait s'asseoir comme si de rien n'était devant son piano, me regardant avec son grand sourire niais qui me donnait envie de vomir...

-"Comme ça tu peux cesser de brider ta voix..enfin si tel est le cas mais j'avais cette impression..."

What...?! Sérieusement? Elle avait fait ça pour ça? Je ne pu empêcher un rire de sortir. Elle avait bloqué l'accès pour que je puisse être tranquille? Décidément, elle était chelou cette fille. Une vraie psychopathe.

- Mouais... Enfin, j'ai envie de dire, ça empêchera les gens d'entrer mais pas d'entendre à travers les portes...

Enfin bon... Je n'allais pas en rajouter, j'étais juste pressée qu'on termine cette chanson. Alors une fois qu'elle avait repris, sans nul doute qu'elle ne m'avait pas entendu, je recommençais à chanter après avoir laissé l'intro... Cette fois, je prenais un peu plus dans la puissance de ma voix, commençant le refrain avec une puissance plus élevée qu'avant, peut-être que sa "protection" avait fait quelque chose et que je me sentais un peu plus libre de pouvoir chanter comme je voulais? Oui... Surement. Je fermais les yeux, chantant cette chanson que je m'étais totalement ré-approprié, oui, j'avais bossé dessus et plutôt correctement, même si je n'en avais pas l'air... Il fallait dire que je n'avais pas envie de faire ça bâclé pour qu'elle me le reproche et qu'elle me fasse recommencer. De toute façon, elle aurait pu aller se faire voir pour quoi je lui accorde une deuxième chanson... Déjà là, elle devait s'estimer heureuse que je recommence...
Je pouvais chanter librement, ça ne m'était pas arrivée depuis longtemps... Depuis les concerts que je faisais dans ce petit bar miteux avant que le drame n'arrive. La chanson me replongea dans de doux souvenirs...

Je me revoyais avec un guitariste rencontré en pleine rue, prit à la va vite, sur nos petits tabourets qui menaçaient de s'écrouler, moi j'étais assise sur un tonneaux, et même sans micro ma voix portée dans l'espace, et bizarrement, presque tous se taisaient pour écouter ma chanson... Ouais, c'était la bonne époque, moi, gamine de quinze ans, je faisais déjà ma petite star! Faisant des caprices et râlant quand ça n'allait pas... Je me rappelle bien de ces moments là... Et bizarrement, mon cœur se serra, j'écrasais mes sanglots vers la fin, déraillant un peu ma voix sous l'émotion, mais je me reprenais rapidement, ne laissant paraître que les émotions de la chanson... C'était plutôt pas mal de chanter avec son accompagnement...
© Codage by Citron. - Institut Indare
Revenir en haut Aller en bas
Amaryllis Hanazumi
ISS |:| Troisième année
avatar
Messages : 78
Né(e) le : 05/08/2000
Date d'inscription : 12/05/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Libre
Nationalité : Française
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 12 Mai - 21:04
Et voilà. Bien qu'elle m'avait assurée du contraire,l'effet fut immédiat. Je sentais son chant se libérer de suite des carcans qui l'oppressait, rendant la chanson plus puissante et touchante que lors du premier essai; je fus d'autant plus impressionnée par celà en voyant à quel point elle s'était appropriée la chanson. Je fus ainsi transporter par sa voix pendant de longs instants qui me parurent bien plus courts qu'ils ne le furent cependant l'arrêt de sa voix et de mes doigts sur ce piano signèrent la fin de cet instant. Le silence regagna alors la pièce; comme si nous n'avions rien à dire, de toute manière tout avait été dit par le langage parfois mystérieux de la musique mais... Je ne sais pas, je trouvais ça dommage d'en rester là.

Ne vous méprenez pas, je ne dis pas que je comptais la forcer à chanter de nouveau ais force est de constater que le moment avait été des plus agréable, aussi bien pour moi que pour elle malgré le fait qu'elle ne l'avouerais jamais.De plus, nous avions la chance de correspondre assez facilement l'une à l'autre, du moins musicalement et je ne pouvais donc que regretter la fin de cette histoire, aussi abracadabrante qu'elle soit.

Car c'était évident, je l'agaçais, plus encore je la débectais, aussi, je ne demanderais évidemment pas une autre chanson ou même de la revoir. Je n'avais évidemment aucune chance de voir ma requête acceptée,aussi, je baissais la tête attendant qu'elle s'éclipse ou qu'elle me fasse ses adieux mais après quelques instants de silence sacrale dans l'immense auditorium, je ne pus m'empêcher d'être celle qui ouvra la bouche.

-"C'était super, tu as vraiment du talent.."

Je ne sais trop pourquoi mais j'avais un pincement au cœur. C'est puéril et idyllique mais peut-être était-ce car elle avait été la première personne à interagir avec moi ici sans pincettes ou faux semblants et qu'elle était la seule pour l'instant avec qui j'avais pu partager un moment de communion musicale.Je tâchais donc de reprendre mes esprits et de ne pas laisser transparaître ma tristesse. Elle ne le comprendrais pas ou m'accuserait d'être une pleurnicharde idiote. Après tout, pour elle qui se soucie des autres quand on les connaît à peine.Je concluais donc ainsi.

-"Tu sais,je suis contente que tu es acceptée..j'espère que ça pourra se reproduire et je t'avoue que j'ai juste un regret : ne pas connaître ton nom.."

Je restais les yeux rivés sur mes notes, un peu perdue et profondément triste. J'avais l'impression d'avoir échouée à me faire une amie, une aie qui ne m'aurait pas épargnée ses désaccords ou ses colères mais aurait su atténuer mon ego et mes joies si nécessaires. Ce que certains nomment une vraie amie.



Je parle en #cc66ff.
Revenir en haut Aller en bas
Raven
Invité
avatar

Ven 12 Mai - 21:04
Raven
Raven L. Lentz
Ancien membre



The End.

Je m'étais laissée aller plus que je ne l'aurais imaginé. J'avais apprécié mine de rien ce petit moment muscial... Même si ça avait duré moins de cinq minute, ça avait été assez fort en émotion. Je reprenais alors mes esprits, revenant doucement sur terre... Tout ça, je ne l'avais pas sentie depuis longtemps, voir jamais, ça avait été bien plus fort que tout ce que j'avais pu vivre jusqu'à maintenant. J'aimais pas vraiment ça... Je n'aimais pas ressentir ça dans mon coeur. Non, je ne voulais pas m'attacher, ça faisait bien trop mal. Je fermais les yeux rapidement pour remettre mes idées en place, une fois ouverts, j'avais retrouvé pied.

Je la regardais, le silence de la salle était pesant, je haussais les épaules, prête à détourner les talons, pourquoi je resterais plus longtemps? Elle avait eu sa chanson, non? Alors voilà, ce n'était plus mon problème à présent... Je commençais alors à partir, passant à côté d'elle,

-"C'était super, tu as vraiment du talent.."

Quoi? Elle voulait faire la conversation? Qu'elle ne compte pas sur moi. Je restais alors silencieuse à sa phrase... Du talent? Je ne pense pas. D'où je viens le talent n'était pas pour nous... Je n'avais aucune technique, je n'ai jamais eu de cours, tout ce que je savais, je l'avais appris seul, pour moi le talent c'est inné, on né avec... Tout ce que j'ai eu à ma naissance c'est un avenir de merde. D'accord, j'avais contribué à cette vie, comme me balançait souvent ma mère et mon incapable géniteur: "Cette vie, c'est toi qui l'a voulu"... Comme si j'ai demandé à venir au monde, comme si j'avais demandé à naître dans cette famille. Je regardais alors la pianiste, presque avec dégoût, elle, elle avait réussi à avoir une bonne éducation, des cours de piano et elle avait l'air d'avoir eu tout ce qu'elle voulait... Je ne sais pas si c'était de la jalousie ou de l'agacement, mais elle m'énervait.

Bien sûr, j'avais envie de progresser et "m'améliorer", mais je ne vois pas comment. Accepter son offre pour qu'elle soit mon prof? Jamais. J'ai ma fierté... Puis, j'ai pas envie d'apprendre le piano, c'est chiant... Enfin, de suivre des cours. Comme je l'ai déjà dis, je sèche déjà certains cours "obligatoires", ce n'est pas pour suivre des cours facultatifs... Et surtout avec une merdeuse d'ISS.
Je reprenais ma marche, elle avait fini ou avait-elle autre chose à dire? J'avais pas franchement envie de discuter... Je préférais resté là-dessus que de me mettre à la taper.

-"Tu sais,je suis contente que tu es acceptée..j'espère que ça pourra se reproduire et je t'avoue que j'ai juste un regret : ne pas connaître ton nom.."

Ah non, elle voulait encore parler... Je la fusillais alors du regard... "Se reproduire"? Je laissais un rire moqueur en la regardant:

- Et puis quoi encore? Tu veux peut-être mon numéro de téléphone? Mon facebook? Etre mon amie? Haha ! Rien de tout ça ne se produira et encore moins qu'un moment comme ça se reproduise... On avait dit une seule chanson, alors n'essaye pas de négocier, sinon je te brise les doigts et là, tu ne pourras plus du tout jouer... Et mon nom, tu n'en as besoin, c'est la dernière fois qu'on se voit de toute manière!

C'est vrai, à quoi bon? Elle n'avait pas besoin d'en savoir d'avantage sur moi... Moins elle en savait, mieux c'était. Elle savait déjà que j'étais une IRS et que je chantais... Elle connaissait "un de mes plus grand secret", je pense que c'était déjà bien !
Comme pour mettre un terme à tout ça, je sautais de la scène, remontant les escaliers... J'écoutais s'il y avait ses dernières paroles, sans me retourner, je poussais la porte... J'avais hâte de sortir d'ici.

Une fois dehors, je sentais le froid sur mon visage, la neige qui craquait sous mes pieds et les flocons tombant doucement... C'était fini, ma vie allait reprendre son cours. Je ne sais pas pourquoi, j'avais un pincement au coeur, je ne me sentais plus capable d'avoir des sentiments, mais finalement, j'étais peut-être encore humaine. Haha !

Qu'est ce qu'il faisait froid...
© Codage by Citron. - Institut Indare
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» prière pour les enfants avortés
» MAGIE NOIRE AVEC DES FOETUS AVORTÉS EN THAILANDE
» Prière pour le Bapteme des bébés avortés
» les bébés avortés attendent leur mère au Ciel
» "... (les enfants avortés) sont ces âmes qui souffrent vraiment Ma crucifixion",-Jésus !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë - Sauvegarde :: IRS - Annexe :: Auditorium-
Sauter vers: