À droite, l'école et ses élèves normaux, comme tout le monde.À gauche, le centre de redressement pour jeunes dangereux.Maintenant réunis, pour le pire.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~

 :: Hors-jeu :: Archives Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Rencontre inopinée (PV Raven)

Amaryllis Hanazumi
ISS |:| Troisième année
avatar
Messages : 78
Né(e) le : 05/08/2000
Date d'inscription : 12/05/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Libre
Nationalité : Française
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 12 Mai - 23:39

Une rencontre inopinée



"Des liens forcés"


Je marchais dans les rues de Camden en ce Samedi après midi. Certes, ces rues me faisaient un peu peur mais j'avais une bonne raison d'y être aussi je ne pouvais me dérober à mon impératif, de plus j'étais aujourd'hui vêtue de ma robe habituel, celle avec le papillon sur le décolleté. Où je me rendais? Et bien à un rendez-vous. Non pas un rendez-vous galant ou ce genre de choses. Enfin pas à mes yeux. Aux siens... Bref je devais rejoindre Abel devant le Maid Café sur les coups de 15 h pour que nous passions du temps ensembles. Qui est Abel? Et bien c'est assez simple, toute jeune j'ai été promis à ce jeune homme et le hasard veut qu'il soit étudiant à Indare parmi les Traditions. De part ce fait, lorsqu'il m'a croisé et la date de ma majorité approchant il m'a demandé de le rejoindre pour en discuter en ville. Il était toujours aussi poli qu'autrefois mais je le trouve plus médisant, je ne suis qu'un trophée pour lui je dirais. Bref, je finis par arriver devant le Maid Café où nous avions rendez-vous avec une demi-heure d'avance. L'établissement n'était là que depuis quelques semaines et j'avais résisté jusqu'à lors à m'y confiner pour lire un livre en mangeant une glace à la banane, mes favorites. Je me penchais pour observer par la fenêtre et regarda l'intérieur. Tout semblait des plus mignons,je voyais les serveuses déambulaient de table en table accoutrés de leurs tenues assez provocantes. Le genre de tenues que je portais dans ses rues il y'a quelques semaines. Rien que la pensée me fit frissonner. Je continuais donc de regarder l'intérieur, les tables étaient en bois avec des banquettes de chaque côté et la décoration était des plus colorés. Je me sentirais bien là dedans j'en suis sûre même si ce genre de concept peut paraître étrange, surtout quand comme moi vous venez d'une bonne famille. Tiens,je me demande si Abel accepterait de m'emmener manger une glace dedans. Sûrement que non. Je poussais un soupir long et plein de sens. Parfois j'aimerais être contrainte à autre chose qu'une destinée familiale. Après tout j'ai toujours été opposée à cette union entre lui et moi mais bon. Je me mis à chantonner un air de musique que j'apprenais depuis un moment tout en pianotant sur ma jambe, le dos contre la vitrine du bar quand soudain une forme que je reconnus presque instantanément ou plutôt une silhouette. Il s'agissait de la fille que j'avais croisé pour la première fois dans l'auditorium du bâtiment des IRS et le destin semblait vouloir de nouveau nous faire rencontrer, cependant je ne voulais plus ou pas. Je l'avais assez ennuyé et elle allait encore me prendre pour une stalkeuse ou autre chose. J'avais tenu ma promesse je m'étais dénoncée à sa place et j'avais remboursé mes exactions aussi. J'avais été égoïste et désormais pour son bien, si je désirais sincèrement être son amie,je me priverais de sa présence. Je me saisissais de mon sac et me mit à marcher à pas rapides vers l'autre angle de la rue afin que par chance elle ne me reconnaisse pas ou qu'elle ne puisse me rattraper. Je tournais à l'angle quand une main saisit mon poignet droit. Qui étais-ce? C'était elle ou Abel? Dans un cas je me ferais taper et je ferais qu'empirer ma situation dans l'autre je devrais m'habituer à cette vie désastreuse en scellant encore un peu plus les ambitions de mon père en enfouissant mon cœur encore plus. Je me retournais et je prononçais quelques mots pour bafouiller une excuse vite fait.

-"Désolée je m'en allais..."

Option 1.








Je parle en #cc66ff.
Revenir en haut Aller en bas
Raven
Invité
avatar

Ven 12 Mai - 23:39
Raven
Raven L. Lentz
Ancien membre



Amie de toujours.


Quelques jours auparavant...

C'est officiel. Arai est là. Elle vient de poser les pieds sur le sol Anglais. Un énorme cri de joie était sorti de ma bouche quand elle m'avait envoyé un message pour me dire qu'elle était là. Evidemment, j'avais été la première à l'aéroport. Son mec nous avait laissé nous retrouver, puis de toute façon, il bossait. C'était un samedi, je n'avais pas cours... Le regard impatient, trépignant sur place. Soudain, deux couettes vertes attirèrent mon regard... Cette couleur, j'aurais pu la reconnaître entre milles teintes de verts. Elle était unique. Mon sourire illumina mon visage et je me mettais à courir comme une folle jusqu'au portail de passage. Là, elle lâcha ses bagages, ses sacs et on était comme deux connes à hurler dans le hall d'arrivées... On s'était sautée dans les bras l'une de l'autre, et on s'était serrait à s'en étouffer. Je me souviens encore l’ascenseur émotionnel qu'avait prit mon coeur... Je ne peux vraiment pas expliquer ce sentiment, on ne peut pas le comprendre avant de l'avoir vécu. Je revoyais ma meilleure amie après plus de deux ans. Bien sûr, on s'envoyait des photos, des sms tous les jours, on se faisait des appels Skype. Mais, c'était tellement différent. L'avoir en vrai était un tel soulagement. Je me disais que ma vie allait être moins pourrie maintenant qu'elle était là... C'est sur et certain, j'allais la voir tous les jours après l'école! Quitte à briser le couvre feu dans le pire des cas... J'avais besoin d'elle. Je ne sais pas combien de temps on était resté là, juste à s'étouffer, à réaliser que tout ça c'était réel. En tout cas, le hall semblait bien vide. Il fallait quelle récupère sa valise. Elle m'avait tellement manqué...

Nous n'avions pas arrêté de parlé, de rire, de partager, de se raconter les derniers pottins, les derniers scoops. Elle m'avait raconté comment son enculé de "maître" l'avait traité quand elle s'était échappé... Lui laissant la moitié de ses affaires. Je lui racontais ma vie plus ou moins pénible à l'académie, mes ébats sexuels, on en rigolait d'ailleurs. Elle m'avait même dit qu'il fallait qu'on passe des nuits ensemble, que mon coup de langue experts et mes doigts de fée lui manquait. Je n'avais pas pu m'empêcher d'exploser de rire... Ouais. Tous ces bons souvenirs, même les plus merdiques semblaient heureux. Je ne sais pas pourquoi mais j'avais du mal à réaliser qu'elle était là. Mais si. Elle était bien là. Je la regardais, écoutant ses paroles, mon regard était un peu vide, mon sourire nostalgique. Tellement qu'elle me pinça le nez pour voir si je l'écoutais encore. Oui, je l'écoutais... Mais elle m'avait tellement manqué. C'était comme si on m'avait séparé d'une partie vitale de mon corps pendant ces deux ans. Et vous savez quoi? Elle n'avait vraiment pas changé. Elle semblait plus blessée certes, mais son sourire me réchauffait toujours le coeur... C'était comme si on ne s'était jamais quitté. Ouais...

Malgré toutes nos épreuves, nous ressemblions à deux filles totalement normales dans les rues de Londres, je portais son sac, elle tirait sa valise, on rigolait, j'avais mon uniforme anglais, elle était habillé à la Berlinoise... D'ailleurs, reparler allemand, ça me faisait vraiment bizarre. Elle se moquait de mon accent anglais, je me moquais de son accent allemand quand elle parlait anglais. Je sais que c'était une langue qu'elle maîtrisait bien, mais son accent était vraiment à mourir de rire. Puis son accent anglais était parfois américain et parfois allemand, c'était vraiment bizarre.

On avait passé la soirée ensemble, à rire, à boire, à fumer. Son copain nous avait rejoint, un mec plutôt cool et sympa, il avait l'air d'être un mec bien. En plus, il était tatoueur! Je lui avais montré les miens et je lui avais fais part de mon souhait de m'en refaire un, il me le proposa à moitié prix, jusqu'à qu'Arai grogne pour qu'il me le fasse encore plus bas. Haha. Ouais, c'était génial comme soirée... Malheureusement, mon bracelet électronique me rappelait trop rapidement à la réalité des choses... Je devais partir. Mais, c'était promis, j'irais dans son maid café, la voir en tenue de soubrette était un spectacle que je ne voulais pas manquer!

Aujourd'hui.

Ca faisait une semaine qu'Arai était là... J'avais pu passé la voir après les cours rapidement, mais jamais assez longtemps... Cette fois-ci, c'était samedi, je n'avais pas cours et j'allais pouvoir passer le plus de temps possible au Maid Café, voir jusqu'à la fin de son service, on pourrait aller quelque part après. Je m'étais donc rendu à Camden en direction du Kawaii London... Quel nom étrange, surtout à prononcé... Je sais que c'est du japonais mais bon, en anglais c'est plutôt bizarre ! Je regardais les boutiques jusqu'à regarder droit devant moi reconnaissant le logo du café, un espèce de petit totoro, personnage d'un film, si je me souviens bien. Sauf qu'un autre truc attira mon regard... Les cheveux rouges d'une fillette... Que je reconnaissais bien. Putain encore elle. Je serrais la machoire, je n'avais pas spécialement envie de la revoir. Mais il fallait aussi que je la remercie... Elle avait tenu parole et elle m'avait racheté toutes mes affaires, même si j'avais plus envie de lui coller un poing. Sauf qu'elle se mise à détourner les talons. Nan mais elle me fuit? Je ne sais pas pourquoi cette pensée m'agacait encore plus, salle morveuse! Elle m'avait cherché et foutu dans la merde, maintenant elle partait comme ça? Je pressais le pas pour lui attraper le poignet.

- Eh ! Tu vas où comme ça? lançais-je en grognant presque.

Ouais, elle m'avait énervé... Je soupirais, la relachant un peu... Je ne devais pas me montrer méchante. Je devais juste la remercier une bonne fois pour toute et après on ferait notre vie chacun de notre côté!

- Ca te dirait un café ou ce que tu veux? J'allais justement dans ce Maid café...

En fait, je lui imposais un peu ce choix car je venais de lui saisir le poignet pour l'entraîner à l'intérieur du café...

- Okaerinasai, ojosama!

Je regardais la personne qui venait de dire ça. Par chance c'était Arai, j'étouffais un rire, son accent japonais était vraiment merdique. Mais je me taisais, je n'aurais surement pas fais mieux. Je me ressaisissais, je ne devais pas me montrer comme ça devant Sangsue. La Maid nous plaça à table, je regardais Arai qui me lancer des regards assassins, je savais que j'allais prendre quand elle allait avoir fini. Elle nous apporta des cartes et nous laissa faire notre choix. Pour moi c'était un chocolat chaud "neko" et un pancake hello kitty... Bon, on était d'accord, tout ce rose, ça donnait envie de vomir. Je laissais Sangsue faire son choix... La fixant du regard. Je ne savais pas trop ce que j'allais pouvoir lui dire...
© Codage by Citron. - Institut Indare
Revenir en haut Aller en bas
Amaryllis Hanazumi
ISS |:| Troisième année
avatar
Messages : 78
Né(e) le : 05/08/2000
Date d'inscription : 12/05/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Libre
Nationalité : Française
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 12 Mai - 23:40



Une rencontre inopinée



"Destins"


-" Ca te dirait un café ou ce que tu veux? J'allais justement dans ce Maid café... "

Je fixais la jeune femme que je commençais à bien connaître avec un regard très circonspect. Je dois avouer que je m'attendais à tout sauf à cela. Elle se montrait presque aimable envers moi envers moi ,j'avais presque envie de pleurer ne sachant pas si c'était une nouvelle façon de se moquer de moi ou pas.J'allais décliner de part mon rendez-vous imminent mais aussi car je ne désirais plus lui attirer de problème et je ne désirais pas qu'elle ne fasse celà que par reconnaissance pour les cadeaux que je lui avais fait. Ce n'était que pur normalité pour les services et la gentillesse qu'elle avait su offrir par moments. Je dois tout de même avouer que mes parents s'étaient un peu affolés de me voir commander ce genre de vêtements. Ils nourrissaient presque la crainte que je revienne en punk anglaise comme l'avait sous-entendus mon père lors d'un appel téléphonique depuis lors. Je n'eus cependant pas le temps de rétorquer quoi que ce soit, qu'elle m'entraîna dans le Maid Café. Je restais près de ma consœur de l'école tandis qu'une jeune fille aux airs d'idol japonaise se présentait devant nous, nous gratifiant de quelques mots japonais que je compris de part ma langue maternelle.

- Okaerinasai, ojosama!

Je suivais la jeune femme afin de ne pas la contrarier et celle-ci se plaça à une table; je m'assis donc face à elle observant avec intérêt les regards qu'elle échangeait avec la soubrette. J'aurais mis mes mains au feu tel Scaevola si les deux jeunes femmes ne se connaissaient pas. Je finis par me concentrer sur les menus tandis que ma camarade se servait sans détour. Je ne me fis pas prier pour prendre la glace que je convoitais déjà en dehors du bâtiment. Je sentis alors mon téléphone vibrer. Un appel. Un coup d’œil dehors me fit aussitôt saisir qui tentait de me joindre. J'étais devant un choix. Je pouvais m'excuser et partir rejoindre la destinée qu'on m'avait tracée sans mon avis ou... J'allais me lever quand je vis la jeune femme se levait et me prendre mon portable de ma poche avant de l'éteindre. Le destin fait parfois les choix à votre place. Je voulais rester de toute manière car je voulais ne pas abandonner toute espérance en étant entrer là, l'espérance de ressortir plus proche de cette fille même si je savais que je me devais de la fuir pour son bien.

Le silence se fit pendant un long instant où je pouvais identifier chaque bruit du café et chaque commande alors que le moment devenait de plus en plus pesant. Je finis par me dire qu'il me fallait connaître la raison de ma venue en ce lieu. Les amis et les couples vont dans des cafés ensembles. Nous n'étions ni l'un ni l'autre. Je pus paraître froide comme la glace mais je ressentais une profonde tristesse de me dire que les adieux déjà douloureux pour moi ne faisaient que l'être plus par ce tour du destin.

-"Dis...si tu m'as invitée juste pour me remercier sache que c'est normale à mes yeux de te rendre tes affaires..je suis un peu la responsable et si c'est le cas, je payerais l'addition car je ne veux pas te causer plus d'ennuis encore"

Je sentais une forte étreinte sur mon coeur, la même étreinte que lorsque j'étais petite et que par ma faible constitution physique ainsi qu'une maladie pulmonaire je ne pouvais jouer dehors comme les autres enfants ou même courir longuement. Cette affection avait fini par se résorber à force de nombreuses cures mais j'en gardais ce souvenir : l'impuissance. Je finis par fixer mon regard dans celui de la jeune fille qui devait s'étonner de me voir si vide, si "zombie", dénuée de toute joie contrairement à d'habitude puis je laissais ce sentiment passé dicter mes mots.

-"Je suis impuissante à être ton amie alors je ne veux pas te causer davantage de..."

Je laissais ma phrase se perdre dans le brouhaha du café. J'étais impuissante à devenir l'amie de quelqu'un qui de part les événements et quelque chose en elle exerçait sur moi comme une attirance hors du commun. J'étais impuissante dans le temps de m'exprimer sur cette même impuissance. Le piano m'avait permis de la faire disparaître et même ses notes n'avait pas su toucher le cœur de ma camarade des IRS. Mes mots n'avaient jamais réussis à apposer leurs mains sur son cœur que je sentais si froid et meurtrie. Je n'étais pas capable de dicter ma propre volonté à ma vie et j'étais perdue dans les affres de la tradition et du profit. Qu'importe. Je m'y étais résolue déjà il y'a plus de trois ans mais ce sentiment ressortait d'un coup comme si un truc s'était déclenchée en moi au contact de la jeune femme. Je ne saurais mettre de mots sur ça mais bref j'abandonnais.

-"..Souffrance" finis-je finalement.

Je restais à la regarder,attendant sa réaction avant de lui dire le plus sincèrement possible en baissant les yeux.

-"Pourtant je voulais vraiment te connaître.."

Je lui souriais comme je pus, observant avec détails ses traits si gracieux, sûrement pour la dernière fois. Je n'allais jamais la revoir dans des conditions si propices et nous devions discuter pour occuper ce repas alors autant le faire à cœur ouvert.







Je parle en #cc66ff.


Dernière édition par Amaryllis Hanazumi le Ven 12 Mai - 23:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Raven
Invité
avatar

Ven 12 Mai - 23:42
Raven
Raven L. Lentz
Ancien membre



Affrontement.

Je ne sais toujours pas pourquoi je l’avais emmené avec moi… Surement était-ce encore une de mes nombreuses pulsions incontrôlées ? Je ne sais pas vraiment. Je devais juste lui parler, qu’on règle les choses une bonne fois pour toutes. Il fallait que je lui balance ses quatre vérités à la gueule, qu’elle m’énervait plus que tout au monde, que j’avais envie de la frapper à chaque fois qu’elle ouvrait la bouche, que sa présence m’oppressait… Et pourquoi m’oppressait-elle autant ? Pourquoi cette fille m’énerver autant ? Il y avait des milliers de filles aussi banales et aussi insignifiantes qu’elle… Alors pourquoi elle ? Surement parce qu’elle continuait de me faire chier là où les autres partaient en courant… Ca devait être ça, son obsession, son courage, si on pouvait appeler ça du courage, j’aurais plus dit une envie suicidaire. Nan mais c’est vrai, qui continuerait de fréquenter quelqu’un qui s’amuse à le taper ? Bon, prenons pas le cas des femmes battues car c’est purement par amour (ouais…). Mais elle, elle n’était pas amoureuse, on n’était pas amie, on avait aucun lien, alors pourquoi continuait-elle ? Ne me dites pas que c’est juste parce qu’on a chanté ensemble… Il y avait plein de filles avec des voix beaucoup mieux que la mienne, alors bon, pourquoi est-ce qu’elle s’accrochait. Je vous le dis, à part un côté SM… Haha ! P’tite Miss SM.

J’allais ouvrir la bouche quand j’entendais un téléphone sonner… Ce n’était pas ma sonnerie, c’était surement le sien. Qu’est ce qu’elle faisait ? Elle se levait ?! Je serrais les dents, me redressant je la choppais à nouveau, éteignant son putain de téléphone. Nan, elle n’avait pas intérêt à partir, pas avant qu’on est pu discuter. Qu’on règle tout ça… Je soupirais. J’avais tellement de chose à lui balancer en pleine gueule, et pourtant, je ne sais pas pourquoi mes mots n’arrivaient pas à sortir, surement parce que j’avais cette boule au ventre et si j’allais parler, c’était mes poings qui l’auraient fait pour moi… Ouais c’est totalement ça, je n’arrivais pas à m’exprimer autrement qu’avec mes poings… J’avais tellement parlé sans être forcément écouté qu’aujourd’hui, j’étais agacée. Je pense que j’ai vu qu’on « s’occupait » de moi que quand je blessais les autres… Surement était-ce un moyen pour alarmer les autres ? Je soupirais, alors que j’allais essayer de dire quelque chose, c’est elle qui prit les devants. Je redressais alors le visage pour la regarder, l’écouter.

-"Dis...si tu m'as invitée juste pour me remercier sache que c'est normale à mes yeux de te rendre tes affaires..je suis un peu la responsable et si c'est le cas, je payerais l'addition car je ne veux pas te causer plus d'ennuis encore"

Je serrais la mâchoire, je m’en prenais à nos couverts qu’Arai avait déposés avant…  Bougeant nerveusement la fourchette. Elle n’avait pas tord, je pense que c’était pour ça que je l’avais entrainé, mais ce n’était pas que, je secouais alors la tête, soupirant. J’allais lui dire qu’elle n’avait pas à faire ça, que j’en avais rien à foutre qu’elle m’ait rendu mes affaires, même si c’était plutôt cool, au moins l’argent n’avait pas été vraiment gaspillé… J’avais tout compte fais mes articles. En plus, elle m’avait acheté la paire que j’avais vu mais que je n’avais pas pu me permettre de m’acheter, donc voilà, j’allais rien dire, c’était plutôt sympa… Mais qu’attendait-elle en retour ? Je sais que c’était pour me remercier de l’avoir défendue, mais je n’avais pas spécialement besoin de remerciement… Elle aurait pu se contenter de ce que j’avais acheté, elle aurait pu les récupérer dans le bus. Enfin je pense que les racheter n’était pas aussi grave pour elle, c’était surement un dixième de son argent de poche de la semaine… Haha, sale bourge. Enfin, pour cette fois, je ne m’en plaindrais pas. Même si ce genre de personne m’énervait (en même temps, qu’est ce qui ne m’énerve pas !).

-"Je suis impuissante à être ton amie alors je ne veux pas te causer davantage de..."

Je la regardais à nouveau, il y avait quelque chose de bizarre… Elle n’avait plus cette joie de vivre de quand je l’avais rencontré, ce côté téméraire, et à ne pas abandonné… Là, on avait l’impression qu’on lui avait aspiré son âme, elle était flasque. Ouais, comme ces Potions totalement livides qui passe leur vie à broyer du noir… C’était assez surprenant de la voir comme ça. En quoi était-elle impuissante ? Elle prenait vraiment les choses trop à cœur, on avait rien à voir l’une avec l’autre, alors pourquoi faisait-elle tout ça… ?

-"..Souffrance".

Je serrais le couvert, la fixant droit dans les yeux.

- En même temps, je ne t’ai jamais rien demandé, je ne sais pas à quoi tu t’es accroché, mais je ne t’ai jamais rien demandé… Tu te ruines le moral toute seule. lançais-je en la fixant, je savais que cette chanson avait été une mauvaise idée… J’aurais du te ruer de coup et te laisser tomber dès le premier moment... Tsss… Même si ça a été cool de chanter ensemble, raaah, ouais, ça fait chier de l’avouer, mais c’était vraiment bien de chanter ensemble… Si je t’ai défendu dans la rue c’était purement à cause de ça… lançais-je en soupirant, je regardais nerveusement ailleurs, avant de la regarder à nouveau et de reprendre, ouais, ça me ferait carrément chier de ne plus t’entendre jouer... Je sais pas pourquoi… Mais c’est pas pour autant que je veux être ton amie ! Juste… Pourquoi ne pas rejouer et chanter ensemble…

C’est à ce moment qu’Arai nous apporta nos commandes… Elle avait entendu, j’en étais sure. Rah fais chier… Je voyais son petit regard et la naissance de son sourire. Qu’est-ce qu’elle s’imaginait celle là ? Elle déposa les plats avant de s’incliner en nous souhaitant bon appétit en japonais, avec son accent tout pourri…

- Mais ça se limiterait à ça… Dans les couloirs on ne se connait pas ! Et si tu refuse… Je te cherche par la peau du cul… lançais-je avec une certaine violence dans ma voix, ma menace était des plus sérieuses.
© Codage by Citron. - Institut Indare
Revenir en haut Aller en bas
Amaryllis Hanazumi
ISS |:| Troisième année
avatar
Messages : 78
Né(e) le : 05/08/2000
Date d'inscription : 12/05/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Libre
Nationalité : Française
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 12 Mai - 23:43



Une rencontre inopinée



"La mélodie de notre destinée"

- En même temps, je ne t’ai jamais rien demandé, je ne sais pas à quoi tu t’es accroché, mais je ne t’ai jamais rien demandé… Tu te ruines le moral toute seule.

J'écoutais sa réponse avec attention malgré mon regard fuyant.Oui elle avait sûrement raison. Je me ruinais le moral. Quoi que non, elle se trompe je désirais juste me faire une amie et je ressentais le puissant besoin ou plutôt une envie de passer du temps avec la jeune femme. Je trouvais en elle une véritable amie, franche, sincère et qui ne rechignait jamais à me dire en face ce qui n'allait pas. Vous allez trouver ça bête mais je dois dire que je l'admirais un peu. C'était un esprit libre, libre de faire ce qu'il veut malgré les barreaux qui la retenaient, là où j'étais l'inverse car j'étais coincée dans l'engrenage des traditions et de la bêtise alors que la vie semblait me sourire. Oui peut-être que c'était idiot mais je préférais une cause perdue qui me rend heureuse que me résigner.

-"Ouais, ça me ferait carrément chier de ne plus t’entendre jouer... Je sais pas pourquoi… Mais c’est pas pour autant que je veux être ton amie ! Juste… Pourquoi ne pas rejouer et chanter ensemble… "

Je relevais la tête, rougissante. Certes beaucoup se seraient appesanti sur le fait qu'elle ne désirait pas nouer un lien avec moi mais elle désirait m'entendre jouer. Elle avait voulu protéger ma capacité à jouer. Ma mélodie l'avait atteinte. Je sentis les larmes me montaient aux yeux mais je les réprimaient. Elle désirait encore réitérer notre expérience. Cette expérience d'harmonie musicale. Cette expérience qui m'avait tant marqué. Je repris mon sourire habituel et la regarda, profondément heureuse.

-"Merci...crois moi...ça me touche plus que tout.."

Je laissais notre serveuse nous servir tandis qu'elle lâchait un petit sourire complice à ma camarade, confirmant mes doutes. Elles se connaissaient. Je gardais cette information au fond de mon petit cerveau avant d'écouter la fin de la remarque de ma camarade.

- Mais ça se limiterait à ça… Dans les couloirs on ne se connait pas ! Et si tu refuse… Je te cherche par la peau du cul…

Je hochais de la tête et pris ma cuillère la plongeant dans la glace avant d'amener cette dernière jusqu'à ma bouche. La saveur fruitée et sucrée envahit ma bouche tandis que mon sourire s'élargissait. Je repris donc la parole pour répondre à ce qu'elle venait de dire.

-"Je serais ravie de jouer pour toi.. tu vas me trouver idiote mais j'aime jouer pour toi..j'ai déjà jouer avec d'autres gens et pour d'autres chanteuses mais j'aime ta voix..elle m'apaise même quand tu cries, elle est spéciale..je le pense vraiment.."

Je marquais une pause pour reprendre encore un peu de ce délice qui me rendait folle avant de conclure ce compliment.

-"C'est pour ça que j'ai tenu ce que tu aie un micro à toi.. je ne savais pas ton nom sinon je l'aurais fait personnaliser à ton nom.."

Je posais ma cuillère un instant avant de renouer mes cheveux correctement du côté droit, faute au ruban déchiré. Il fallait vraiment que j'en fasse un nouveau. Je prenais ma boisson et sirota un peu de mon soda avant de continuer pour s'entendre sur les conditions qu'elles avaient émises.

-"Oui je ferais comme si je ne te connais pas...j'accepte sans problème tant que je peux te voir..."

Je regardais ma nouvelle camarade de musique avant de lui tendre une cuillère remplie de glace en souriant, la tête reposant sur mon autre main avant de prononcer quelques mots.

-"Tu en veux c'est ma glace favorite? ça me ferait plaisir, à vrai dire même si nous ne sommes pas amies je veux te connaître un peu mieux...je veux devenir une pianiste à la hauteur de ta voix.. mais aussi savoir plus de choses sur toi en général..."

Je marquais une légère pause avant de m'exposer plus que je ne l'avais prévue.

-"A vrai dire, j'ai composé une mélodie pour notre rencontre mais je n'arrive pas à la terminer et je ne comptais pas la terminer vu que tu ne voulais plus me voir.. mais si on passe du temps ensemble à répéter je veux pouvoir la terminer...tu as le droit de me trouver idiote.."

Je rougissais légèrement en me rendant compte de ce que je venais de dire. Vous ne voyez rien de spécial? Je suis interprète mais je n'ai jamais composé du moins avant et d'exposer ainsi mon travail, me faisait me sentir vulnérable et fragile, aussi je décidais de détourner la conversation sur le sujet premier.

-"Euh...donc tu veux goûter? tu verras c'est...très bon!"

J'attendais sa réponse, espérant qu'elle serait positive mais aussi qu'elle s'ouvrirait un peu à moi. Bon oui j'espérais aussi qu'elle ne verrait pas la gêne que je venais d'exprimer.








Je parle en #cc66ff.
Revenir en haut Aller en bas
Raven
Invité
avatar

Ven 12 Mai - 23:43
Raven
Raven L. Lentz
Ancien membre



On est pas amie!

Putain, il ne manquait plus que ça, elle n’allait pas chialer quand même ? Je mangeais un bout de mon pancake pour éviter de faire quoi que ce soit, en plus, j’avais un couteau juste devant moi… Je mordais m’amusant à manger l’oreille du chat fait en mousse de mon chocolat chaud. Ca la touchait ? Mouais, si ça lui faisait plaisir… Je pense que j’allais le regretter.

-"Je serais ravie de jouer pour toi.. tu vas me trouver idiote mais j'aime jouer pour toi..j'ai déjà jouer avec d'autres gens et pour d'autres chanteuses mais j'aime ta voix..elle m'apaise même quand tu cries, elle est spéciale..je le pense vraiment.."

Je bougeais alors nerveusement, plantant le bout de ma fourchette un peu trop fort dans ce pauvre pancake, je plantais mes yeux bleus dans ceux ambrés de la jeune fille, je le redis : elle est cheloue. Elle aimait ma voix, même quand je lui criais dessus ? Mais elle était vraiment cheloue… Je renforçais l’idée qu’elle était vraiment maso sur les bords… !
Je ne sais pas franchement ce que ma voix avait de spécial… En plus je n’avais jamais pris de cours, j’avais une technique plus ou moins correcte, je chantais plus avec le cœur et comme je le voulais plutôt que comme des codes nous l’apprenait… Même si on m’avait souvent dit que ma voix était exceptionnel et qu’avec un peu plus de maîtrise j’allais atteindre des sommets, ce n’était pas vraiment le but que je recherchais… Je voulais juste chanter. C’était un des seuls moyens d’expression que j’avais, ça, la guitare et mes poings. Oui, la violence était un moyen de communication pour moi.

Alors le fameux « A », c’était elle… ? Ce micro venait d’elle ? Mh… Intéressant, au moins je savais de qui il venait, mais bon, c’était pas une raison pour ne plus l’utiliser, surtout que j’avais le matériel pour maintenant !

-"Oui je ferais comme si je ne te connais pas...j'accepte sans problème tant que je peux te voir..."

Tant mieux. Si elle avait bien compris cette fois, tout irait mieux… Enfin je pense. Il allait falloir qu’on se donne rendez vous, je suppose les week-ends ? Je n’avais pas envie qu’on nous voit ensemble pendant la semaine après les cours ! Ouais, je pense que ça sera mieux comme ça… « Tant qu’elle peut me voir »… Pff, mais qu’est ce que j’avais ? Enfin, je portais un grand intérêt à son doigté, alors c’était normal qu’elle fasse la même chose avec ma voix… Même si je ne trouvais aucun intérêt qu’elle soit aussi « enjoué ».

-"Tu en veux c'est ma glace favorite? ça me ferait plaisir, à vrai dire même si nous ne sommes pas amies je veux te connaître un peu mieux...je veux devenir une pianiste à la hauteur de ta voix.. mais aussi savoir plus de choses sur toi en général..."

Je relevais tout de suite la tête, avalant un bout de pancake de travers, je toussais et je la fusillais du regard.  Elle n’avait pas compris quoi dans « c’est pas pour autant que je veux être ton amie ! » ou encore « Mais ça se limiterait à ça… » ?! Elle était clairement entrain de me dire qu’on allait partager des moments ensembles, qu’elle voulait en apprendre plus sur moi, non ?! Je soupirais, et d’une voix agacée je lui disais :

- J’ai pas envie, je t’ai dis qu’on se limite au chant, on est pas là pour faire amie amie, ok ? J’en ai rien à foutre de ta glace ou de tes goûts !

Je m’étais retenue de trop gueuler juste par respect pour Arai, je n’avais pas envie de lui causer des problèmes, mais si elle me cherchait, je n’hésiterais pas à lui en coller une.  Mais heureusement qu’elle passa rapidement à un autre sujet. Je me calmais légèrement, la regardant et terminant mon pancake que j’avais dévoré… Il fallait que je reste calme. Elle me parlait d’une mélodie qu’elle n’arrivait pas à finir ? Je prenais ma tasse et en buvant je la regardais, avant de lécher mes lèvres et de lui répondre,

- Je te trouve déjà idiote et conne… Puis, pour ta mélodie, tu n’auras qu’à me la faire écouter… On pourra la finir ensemble… proposais-je un peu en regardant ailleurs.

Je n’aimais pas les tournures des choses, je n’avais pas envie de m’impliquer plus que ça. J’avais seulement envie de chanter… Une mélodie sur notre rencontre ? Je trouvais ça horriblement stupide. Mais si c’était une belle mélodie et que ça me plaisait de la chanter, pourquoi pas ? On lui trouvera un autre thème ou symbole, car c’était terriblement niais et débile. Je me levais alors, il fallait que j’aille me changer les idées, je refusais son offre par l’ignorance, allant jusqu’aux toilettes… Je devais me calmer…


Une jeune Maid s'approcha alors de la table, sur son badge on pouvait lire "Hitomi", elle s'adressa très poliment à Amaryllis...

- Excusez moi... Êtes-vous une amie de Raven?
© Codage by Citron. - Institut Indare
Revenir en haut Aller en bas
Amaryllis Hanazumi
ISS |:| Troisième année
avatar
Messages : 78
Né(e) le : 05/08/2000
Date d'inscription : 12/05/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Libre
Nationalité : Française
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 12 Mai - 23:44

Une rencontre inopinée



Devrais-je abandonner?
Voilà. Elle était partie sans un mot. Elle m'avait envoyé chier. Comme d'habitude je dois dire. Je ne sais pas à quoi je pensais quand j'espérais qu'elle se montre plus ouverte et spontanée à mon égard. Je ne sais pas à quoi je pensais tout court concernant cette fille. Je ne savais rien d'elle; strictement rien, juste qu'elle avait une voix angélique et , ce que je présume, un cœur d'or mais aussi bonne chanteuse qu'elle soit, elle ne savait en rien interpréter ses propres pensées. Je pouvais me consoler en me disant qu'elle n'avait toujours pas dis qu'elle ne voulait plus m'adresser la parole ou même craché sur la mélodie que j'avais composé. Je me saisissais de ma cuillère et engloutit son contenu en regardant fixement le sol. Que faisais-je? Je ne faisais que fuir mes responsabilités pour des chimères. Jamais je n'obtiendrais une coopération complète de cette fille. Je devrais me lever en demandant à la serveuse l'addition et disparaître de sa vie plutôt que m'accrocher à quelque chose qui ne relevait que du fantasme. J'allais me lever quand une des serveuses vint s'approcher de moi. Je me dis que cela serait l'occasion de demander à régler l'addition mais je n'eus pas le temps de parler qu'elle s'adressa à moi, me demandant une étrange question.

- Excusez moi... Êtes-vous une amie de Raven?

J'écarquillais les yeux, ne comprenant pas ce dont il s'agissait, je levais les yeux pour mieux saisir qui était mon interlocutrice. Je la reconnus presque au premier regard. Il s'agissait de l'amie de Raven. Était-ce voulue ou agissait-elle pour son propre compte? Je décidais de ne pas m’encombrer l'esprit avec ce genre de considérations. Je soupirais à en fendre l'âme.

-"Non même si j'aimerais..."

Je la regardais dans les yeux puis je baissais le regard vers ma glace. J'adorais plus que tout cette glace mais le constat d'impuissance que l'IRS me faisait encore avoir me coupait l'appétit. Je répondis donc à la jeune "Hitomi".

-"Tu as de la chance d'être son amie...moi je ne parviens pas à l'atteindre..j'ai beau essayé..je ne suis qu'un encombrement pour elle, rien de plus..." je marquais une courte pause et leva les yeux, souriant sincèrement "je pense que je ne peux que te demander de t'occuper d'elle car elle n'accepte pas mon soutien..j'aime vraiment la personne que je devine sous son masque mais voilà...le mieux serait peut-être que je cesse de l'ennuyer, je suis qu'une nuisance à ses yeux, je le lis dans ses gestes.."

Je penchais la tête en souriant à mon interlocutrice attendant de savoir ce qu'elle avait à dire sur mon attitude, cette décision qui me fendait le coeur.





Je parle en #cc66ff.
Revenir en haut Aller en bas
Raven
Invité
avatar

Ven 12 Mai - 23:44
Raven
Arai Stein
PNJ |Neutral Joué par Raven

- Non ! N'abandonne pas!

Elle l'avait dit avec une sincérité à en couper le souffle, ses yeux s'étaient écarquillés, et elle avait serrait le plateau qu'elle tenait dans ses mains... Dans ses yeux, on pouvait voir de la tristesse, une lueur d'espoir et beaucoup de compassion...

- Pardonne moi de mon impolitesse... Je suis la meilleure amie de Raven... On se connaît depuis... Longtemps. Mais s'il te plaît... Ne l'abandonne pas... Elle a trop été abandonné...

Elle soupira à en fendre l'âme, des larmes s'étaient presque formées sur ses yeux, la jeune serveuse s'approcha un peu plus, pour ne pas qu'on l'entende, elle regarda la jeune fille.

- Tes sentiments ont l'air sincère... Tu as l'air d'être une fille bien et surtout qui à l'air d'apprécier Raven à sa juste valeur... Je dois supposer que tu es Amaryllis? Elle m'a parlé de toi... Je peux te dire que tu la trouble énormement...

Un regard rapide vers les toilettes, pour s'assurer que la jeune IRS n'allait pas revenir tout de suite, sinon, elle savait qu'elle allait surement prendre son courroux sur la tête. Elle regarda alors à nouveau la jeune ISS avec d'un sourire doux et chaleureux.

- Je sais qu'elle est violente, vulgaire, chiante, qu'elle fera tout pour s'éloigner de quiconque...Mais son coeur a tellement été piétiné, elle a tellement été trahi... Elle a juste énormement de mal à s'ouvrir aux autres, c'est une sorte de protection, de bouclier si on peut, mais... Quand elle est avec toi, enfin, vu comment elle m'en parle, elle arrive à être troubler et tu lui fais dépasser un taux d'énervement impensable là où les autres ont toujours susciter de l'indifférence...

Un rire nerveux et amusé sortit alors des lèvres de la jeune Maid...

... et justement, cet intérêt la fait réfléchir et la travaille... Alors s'il te plaît, ne l'abandonne pas. Ne lui montre pas qu'effectivement, tout le monde peut l'abandonner... Tu verras, c'est une fille en or... Elle est juste extrêmement maladroite et trop violente... Mais, la musique et ses poings ont été ses seuls moyens de communiquer... C'est comme si on ne lui avait jamais apprit à parler... Alors, tu ne peux pas condamner un bébé à qui on a jamais rien apprit, n'est-ce pas? Dis toi que c'est là même chose...

Un autre soupire sorti de sa bouche, mais un sourire tendre, comme celui d'une mère aimante, se dessina sur ses lèvres, elle recula légèrement...

- Je sais que ma demande paraît extrêmement égoïste et déplacée... Mais... J'aimerais que tu lui montre qu'un autre monde est possible, qu'elle peut vivre une vie normale... Je suis désolée, je te demande ça alors qu'on ne se connaît pas...
Revenir en haut Aller en bas
Amaryllis Hanazumi
ISS |:| Troisième année
avatar
Messages : 78
Né(e) le : 05/08/2000
Date d'inscription : 12/05/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Libre
Nationalité : Française
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 12 Mai - 23:44

Une rencontre inopinée



La promesse d'une vie meilleure


- Non ! N'abandonne pas!

Je pris cette demande désespérée en pleine figure. Une demande vitale comme les larmes de la jeune fille le laissait présumer. Je restais bouche bée ne sachant que dire mais je n'eus pas le loisir d'y réfléchir que la serveuse se remit à me parler.

- "Pardonne moi de mon impolitesse... Je suis la meilleure amie de Raven... On se connaît depuis... Longtemps. Mais s'il te plaît... Ne l'abandonne pas... Elle a trop été abandonné..."

Je jetais un coup d’œil vers les toilettes où Raven s'était éclipsée et je réfléchissais à grande vitesse. Alors comme ça elle avait été abandonnée..Je sentais mon cœur se serrer en imaginant la souffrance qu'elle avait pu vivre. J'imaginais à peine les nombreuses nuits qu'elle avait dû passer à pleurer, tarissant son cœur; le malaise qu'elle avait dû vivre chaque jour. Son cœur ne voulait qu'oublier que rien ne changeait jamais. Que la confiance amène à la trahison. Elle devait penser que j'étais une menteuse, quelqu'un qui allait briser son cœur. Je relevais les yeux vers la maid, me concentrant sur ses paroles.

- "Tes sentiments ont l'air sincère... Tu as l'air d'être une fille bien et surtout qui à l'air d'apprécier Raven à sa juste valeur... Je dois supposer que tu es Amaryllis? Elle m'a parlé de toi... Je peux te dire que tu la trouble énormément..."

-"Oui c'est moi, elle t'a parlé de moi?...je suis la plus sincère de ce monde, j'aime Raven comme ma meilleure amie..."

Je me sentais soulevée de terre, rien qu'en apprenant qu'elle avait parlé de moi. Qu'avait-elle dit? En avait-elle parlé passionnément ou sans plus d'intérêt? Des tas de questions se bousculaient au portillon de mon cœur.Je les réprimais et écouta la suite.

- Je sais qu'elle est violente, vulgaire, chiante, qu'elle fera tout pour s'éloigner de quiconque...Mais son coeur a tellement été piétiné, elle a tellement été trahi... Elle a juste énormément de mal à s'ouvrir aux autres, c'est une sorte de protection, de bouclier si on peut, mais... Quand elle est avec toi, enfin, vu comment elle m'en parle, elle arrive à être troubler et tu lui fais dépasser un taux d'énervement impensable là où les autres ont toujours susciter de l'indifférence... "

Je l'énervais. Je dois dire que je m'y attendais mais si je suivais les dires de cette Hitomi je pouvais prendre ça comme un gage de bonne marge, un gage d'affection presque. Alors nous avions ce point commun? Elle aussi s'exprimait par les notes et les paroles, à vrai dire, en y réfléchissant celà était évident et expliquait plus aisément le sentiment si particulier que notre duo m'avait procuré. Une vérité parmi tant d'autre. Une vérité pure, des émotions, rien de plus.

... et justement, cet intérêt la fait réfléchir et la travaille... Alors s'il te plaît, ne l'abandonne pas. Ne lui montre pas qu'effectivement, tout le monde peut l'abandonner... Tu verras, c'est une fille en or... Elle est juste extrêmement maladroite et trop violente... Mais, la musique et ses poings ont été ses seuls moyens de communiquer... C'est comme si on ne lui avait jamais apprit à parler... Alors, tu ne peux pas condamner un bébé à qui on a jamais rien apprit, n'est-ce pas? Dis toi que c'est là même chose...

Alors elle aussi se voyait troublé en ma présence? Fascinée comme je l'étais par elle? Je hochais la tête pour signifier à la jeune femme que je savais à quel point j'estimais son amie. Nous échangeâmes un regard intense, laissant entendre l'ampleur de ses sentiments pour son amie. Elle me faisait confiance et plus cette fille me parlait de Raven plus je me sentais envahie de l'envie de faire un bout de chemin magnifique avec elle. Je ne la laisserais pas. Je ne laisserais pas mourir cette voix sous les larmes. Elle, une criminelle non. J'allais lui montrer le bon côté de la vie, la confiance, même comment aimer..elle n'avait rien, elle n'écoutait plus, elle n'entendait plus les sentiments des autres.. Si j'abandonnais je la condamnais, tout serait fini pour elle. Jamais son cœur ne s'en remettrais..Mes notes ne ferait que graver les cicatrices qu'elle avait déjà.

-"Je sais que ma demande paraît extrêmement égoïste et déplacée... Mais... J'aimerais que tu lui montre qu'un autre monde est possible, qu'elle peut vivre une vie normale... Je suis désolée, je te demande ça alors qu'on ne se connaît pas..."

Je me levais et me pencha pour lui murmurer à l'oreille quelques mots tandis qu'une détermination à tout épreuve jaillissait de mon cœur. Je venais presque de trouver une raison à mon existence. Trouver la mélodie de la boite à musique qu'était le cœur de ma camarade. Tel Pandore j'allais ouvrir un sceau mais désormais pour laisser entrer l'espoir, l'amitié et l'amour au cœur de Raven. Rien ne m'arrêterais.

-"Ne t'excuse pas..merci..."je pris son plateau et un stylo qui gisait dans une de ses poches avant de lui écrire mon numéro sur une serviette."Je ne te remercierais jamais assez mais je ne l'abandonnerais pas...vraiment jamais..."

Je me rasseyais alors en souriant à la jeune femme. Nous n'avions pas besoin de plus. Nous nous étions comprises et mon sourire complice lui laissait entendre que je ne comptais pas me dérober à ma promesse. Je restais là, à réfléchir, attendant le retour de Raven en réfléchissant à ce qui venait de m'être dévoilée. Je comprenais tout tellement mieux. Sa souffrance devait être incommensurable; reproduire chaque jour l'épuisement de l'incompréhension et de la perte d'être cher pour ensuite affronter des nuits interminables au silence glaçant. Comment pouvait-elle encore tenir... Certes elle montrait un masque de force mais elle pleurait toujours sous ce masque,j'en étais certaine. Je nourrissais même à cette simple pensée la culpabilité de ne pas avoir été là auparavant. Celà faisait des années qu'elle devait attendre l'aide de quelqu'un capable de faire disparaître à ses yeux et son cœur un monde qui n'avait plus aucun sens pour elle sans que jamais ça n'arrive. Je me promettais donc à moi même de faire naître pour elle, par le biais de mes doigts, que je regardais fixement, un jardin d'innocence où nous pourrions nous retrouver et vivre loin de ses malheurs. Je voulais la préserver. La connaître. Forer sa carapace et profiter de chaque faille de celle-ci pour m'introduire dans le cocon vicié qu'elle avait fait pour en purifier chaque recoin et l'entourer de l'amour que je pourrais lui offrir. Je voulais juste l'envelopper dans mes bras, dans mes draps pour qu'elle se repose et qu'elle se sente mieux. Je voulais son bonheur et lui tenir la main dans les épreuves, comme son amie le faisait. Je voulais lui enlever ce poids. Lui accorder une pause sans avancer en dehors du temps, de sa destinée déviante. L'arrivée de Raven a sa place me fit sortir de mes pensées. Elle sembla un peu étonnée par mon grand sourire et mon air rêveur. Elle le fut plus encore à ses quelques mots qui sortirent spontanément alors que je regardais son visage désormais plus beau encore.

-"Je traverserais tes ronces,quelque soit les coupures que je m'y ferais"





Je parle en #cc66ff.
Revenir en haut Aller en bas
Raven
Invité
avatar

Ven 12 Mai - 23:45
Raven
Raven L. Lentz
Ancien membre



Qu'as-tu pu lui dire...?

-"Ne t'excuse pas..merci...  Je ne te remercierais jamais assez mais je ne l'abandonnerais pas...vraiment jamais..."

Serrant la serviette dans ses mains. La jeune Maid, les larmes aux yeux, s’inclina respectueusement, et dans un mumure presque inaudible elle prononça les mots « Merci »... Elle se disait surement qu’une bonne chose allait arriver à son amie. Qu’elle avait enfin un peu de douceur dans sa vie, qu’elle allait pouvoir voir que tout n’est pas si sombre… Une lueur, non, une lumière éclatante, d’espoir. Voilà ce que représentait Amaryllis.

Je me regardais dans ce miroir… Je ne sais pas combien de minute étaient passées, depuis que j’étais entrée dans ces wc, au moins cinq personnes s’étaient entre croisées, et moi je regardais toujours ce putain de reflet. Ma propre image me dégoutait légèrement, je détestais les miroirs… C’est bien pour ça que ceux de ma résidence étaient tous pétés ou alors cachés par un drap… Je ne supportais simplement pas de me voir. Tout comme les autres, je m’insupportais… Ouais, parfois, si je pouvais, je m’auto frapperais. Assez difficile à comprendre, n’est-ce pas ? Et pourtant, des gens qui ne s’aiment pas il y en a plein. Mais je pense que se détestait comme je le faisais, c’était assez… Rare. Et cette haine grandissait de plus en plus…

Je pense qu’il n’y avait pas 500 solutions. J’allais mettre un terme à ce rendez vous. C’était la meilleure des choses, on se reverrait pour jouer mais c’est tout… Je m’appuyais sur le lavabo, soupirant, je me redressais finalement pour vraiment aller au toilette. Je fermais la cabine, baissais mon pantalon avant de faire ce qu’il fallait… Je regardais le plafond pendant les quelques secondes, la lumière du néon m’éblouissant. Exactement comme cette fille… Elle était beaucoup trop lumineuse pour moi. Je m’essuyais avant de me relever, remettant mon pantalon et mon haut, je tirais la chasse d’eau… Oui, j’étais comme les ténèbres et elle, avec son aura rayonnante, m’éblouissait. Je me lavais les mains, regardant l’eau couler… J’étais comme cette eau, j’étais vouer à mourir dans les tuyaux une fois qu’on avait plus besoin de moi. C’était exactement ce qui s’était passé. Je fixais la mousse blanche sur mes mains, je soupirais. Ma vie était aussi insignifiante que ce savon… Utile puis il mourrait emporter par les eaux. C’était exactement comme moi, j’étais emportée par les vagues, la tempête, l’ouragan que représentait ma vie… Un putain d’orage sans fin, couverts de nuages gris, de pluie, d’éclairs… Mes poings frappaient comme la foudre le faisait. Je me séchais les mains, puis je remettais mes mèches de cheveux.

Poussant la porte, je voyais Arai partir de la table, aurait-elle commandé quelque chose d’autre ? Avait-elle demandé l’adition… Ca serait tellement plus facile si ça avait été le cas. Je retournais donc m’asseoir, puis à peine mes fesses avaient touché la banquette un peu trop rose, girly et trop « cutie » à vomir, que je voyais Sangsue me dire des mots… Plus que bizarre. Je regardais en direction d’Arai qui était entrain de servir une autre table. Qu’est-ce qu’elle lui avait dit ?! Je fusillais alors à nouveau la jeune fille du regard, portant ma tasse à ma bouche, avalant le liquide chaud, je reposais cette tasse.

- Je sais pas ce que tu as en tête, mais abandonne tout de suite l’idée…

En plus, j’avais absolument rien compris à ce qu’elle m’avait raconté. Comment ça elle allait braver les ronces ? De quoi elle parle ? Tss… Arai, qu’est ce que tu avais bien pu lui dire ?! Oui, il n’y avait qu’elle pour se mêler de ce qui n’allait pas, et je pouvais aisément lire sur son petit visage qu’elle était satisfaite d’une chose… Je regardais Sangsue avant de regarder ailleurs. Il allait falloir que j’ai une grosse discussion avec Arai. Et comme pour changer de sujet, je terminais mon chocolat chaud, levant les yeux vers elle.

- Pour ce qui est de jouer ensemble, qu’est-ce que tu pense du dimanche ? On pourra avoir la salle de musique pour nous, et on ne serait déranger par personne…

Ouais, je changeais totalement de sujet, mais je ne tenais pas à répéter ce que j’avais dis tout à l’heure, qu’elle n’avait pas à se mêler de ce qui ne la regardait pas… Et que notre relation s’arrêterait juste au piano et au chant… Un échange purement musical, elle ne devait pas s’attendre à ce que je lui raconte ma vie, et je ne voulais en aucun cas savoir la sienne… Ca ne m’intéressait pas, et si c’était pour entendre ces caprices de petite fille gâtée, c’était sans moi, je passais franchement mon tour !
© Codage by Citron. - Institut Indare
Revenir en haut Aller en bas
Amaryllis Hanazumi
ISS |:| Troisième année
avatar
Messages : 78
Né(e) le : 05/08/2000
Date d'inscription : 12/05/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Libre
Nationalité : Française
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 12 Mai - 23:45



Une rencontre inopinée



Un premier pas vers la victoire
Elle sembla quelque peu déconcertée par mon annonce. Je savais bien qu'elle n'y comprendrais sûrement rien, quoi que, en effet je notais son regard interrogateur à l'encontre de la miss serveuse qui était déjà en train de servir une autre table assez éloignée de la notre. Raven me regarda de nouveau avant de prononcer ce qui devait sonner pour elle comme une menace.

- "Je sais pas ce que tu as en tête, mais abandonne tout de suite l’idée… "

Je souriais avec un air complice comme pour faire comprendre que quelque soit mon idée,rien ne m'en ferait décrochée. Je venais de découvrir une partie de Raven par le biais de son amie et je ne comptais aucunement renier ce cadeau en abandonnant l'idée qui avait germé en mon cœur.Je jouais avec mes cheveux, analysant chaque geste de ma compagne de café pour en apprendre sur ses habitudes tandis qu'elle tentait de détourner le sujet.

-"Pour ce qui est de jouer ensemble, qu’est-ce que tu pense du dimanche ? On pourra avoir la salle de musique pour nous, et on ne serait déranger par personne…"

Je hochais une fois de plus de la tête, emprunte d'une nouvelle énergie positive et renchérit aussitôt.

-"Oui c'est une idée, mais si besoin je peux même venir dans ta chambre avec mon clavier électronique si tu veux vraiment que personne ne nous voit mais c'est toi qui voit, le dimanche me va très bien!"

Si nous étions dans un animé japonais on aurait vu des cœurs sortir de ma tête tant je me trouvais revigorée par la perspective de enfin pouvoir être agissante et non spectatrice de la vie de quelqu'un, je savais que je pouvais l'aider et même devenir son amie, ce n'était qu'une question de patience et d'efforts. Je penchais la tête et regarda ma glace. Il en restait un peu, je tentais donc de reprendre mon assaut profitant de la présence d'Arai à quelques mètres. Je tendais de nouveau ma cuillère en direction des lèvres de Raven.

-"Tu es certaine de pas en vouloir, c'est la dernière bouchée?"

Je lui souriais,malgré son air consternée. Je voyais presque dans ma tête une chibi moi en train d'imiter l'air consternée et irritée de la demoiselle en disant "Tu peux courir connasse!". C'était hilarant. Je m'attendais à un refus aussi je fis mon air le plus mignon et innocent possible pour l'amadouer, comptant aussi sur le regard d'Arai que je sentais focaliser sur notre table.

-"Allez s'il te plaît...? tu sais pas à quel point ça me rendrait heureuse.."

J'attendais ainsi,prête à la nourrir, espérant qu'elle ne s'énerve pas et qu'elle accepte ma modeste tentative de me rapprocher d'elle.





Je parle en #cc66ff.
Revenir en haut Aller en bas
Raven
Invité
avatar

Ven 12 Mai - 23:46
Raven
Raven L. Lentz
Ancien membre



Qu'as-tu pu lui dire...?

C'est vrai que son offre était la mieux placée... Seulement, j'étais en résidence surveillées, et je ne pense pas que l'école soit assez folle pour le laisser seule avec quelqu'un. Je secouais la tête ,

- Je... Suis en résidence surveillée, j'pense pas qu'ils acceptent qu'on soit seul... Ou avec surveillance, et j'ai pas franchement envie, j'suis assez fliquée comme ça...

Nan et puis quoi encore. Puis j'avais pas spécialement envie qu'elle rentre dans mon espace privé. Alors se rejoindre dans la salle de musique, c'était la meilleure idée.

Je sais pas c'était quoi cette ambiance de shojo à deux balles, mais l'air presque trop niais et cet espoir naissant dans ses yeux m'enervaient... C'était quoi son soucis? Il y a 10 min elle était limite à la fin de sa vie, et là, elle chantait presque l'hymne à l'amour... Burk. Elle me dégoûtait. Elle était vraiment trop niaise, voir trop heureuse... C'est ça : trop heureuse ! Je ne sais pas ce qu'elle s'était mise en tête, ou ce qu'Arai avait pu lui dire, mais je sens que j'allais - une fois de plus - regretté ma proposition. Tss... Tristesse! En espérant qu'elle est quand même compris la leçon avec la dernière fois, quand j'ai refusé son cadeau, quand elle a fini à moitié violé... Tiens d'ailleurs. Ce ruban dans ses cheveux... Mes yeux se fixèrent dessus, un ruban un peu déchiré, exactement comme celui qu'elle avait tenté de m'offrir... Haha, alors elle l'avait récupéré ? Pff. Cette fille est vraiment niaise.

Je regardais ailleurs, même si la décoration de cet endroit me donné envie de vomir! C'était vraiment pour Arai que j'avais fais ça. Que j'étais venue... Enfin, pour quelqu'un qui teint ses cheveux en rose, j'étais vraiment mal placée ! Ouais, fallait peut-être que je pense à changer de teinture...? Sûrement.
Je sentais alors la présence d'un objet ennemi approcher... Tiens, nouvelle attaque de la glace. Je lui lançais un regard noir. Elle était sourde ou quoi? Je lui avais déjà dis que je n'en voulais pas, alors pourquoi elle me gavait avec sa glace? Et après on s'étonne que je frappe ? Si je dis non, c'est non bordel...

- Vas chier, je la boufferais pas ta glace !

Pas de scandale. Retiens toi... Je pensais très fort à ça, le répétant encore et encore. Voilà, là, j'avais cette puissante envie de partir directement... Je prenais ma tasse déjà vide pour prendre les dernières gouttes. Le truc qui me faisait le plus chier dans tout ça, c'était qu'elle semblait avoir le soutient d'Arai sur toute la ligne... Déjà dans nos échanges de SMS, elle semblait adorer cette gamine. Je ne sais pas pourquoi mais elle m'avait dit encore et encore d'aller vers elle, de m'ouvrir. Elle savait que c'était impossible... Et là, elle avait dû profiter que j'aille aux toilettes pour lui dire quelque chose ! Et je donnerais tout pour savoir car l'air niais, motivé et stupide de Sangsue ne me disait rien de bon...
Nan mais regardez là avec son air stupide, ses yeux à amadouer les plus cons. Elle croyait que j'avais de la pitié ou quoi? Elle eut juste le droit à mon regard noir... En plus, sa glace était entrain de fondre, deux gouttes venaient de tomber sur la table... Ah bravo.

Un frisson me parcourue du bout des pieds jusqu'en haut de ma tête... Le regard oppressant d'Arai. Le fameux regard... Je grognais, choppant cette cuillère, je la mettais en bouche. Voilà, contente ?! Un autre frisson se fit sentir, je me crispais... Mais beurk!!! C'était quoi ce truc?! Je crois que je fais une grimace.

- C'est quoi ce truc dégueu?

C'était officiel, je n'aimais pas cette fille, ni la banane.
© Codage by Citron. - Institut Indare
Revenir en haut Aller en bas
Amaryllis Hanazumi
ISS |:| Troisième année
avatar
Messages : 78
Né(e) le : 05/08/2000
Date d'inscription : 12/05/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Libre
Nationalité : Française
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 12 Mai - 23:46

Une rencontre inopinée



Une femme raffinée mange du poulet!
Victoire! Tout se passa comme je l'avais prévue. En effet, j'eus en premier lieu le droit à un cinglant refus, mais je restais toujours prête à la nourrir quand l'air sembla geler tant l'atmosphère était pesante et celà n'était dû qu'au regard meurtrier de la serveuse qui fusillait Raven la priant (c'est un euphémisme) d'accepter si elle ne désirait pas se voir prise dans des représailles que j'imaginais destructrice. Ma camarade se résigna et s'empara de la cuillère à ma plus grande joie pour goûter la glace. Je compris en quelque seconde que ce qu'elle venait de porter à ses lèvres n'enchantait pas son palais.

- C'est quoi ce truc dégueu?

Awww..Je gnflais les joues. Certes elle n'aimait pas mais ce n'était pas des manières que de dire ce genre de choses aussi je la repris de suite, m'étonnant à lui donner une leçon.

-"Raven..On ne dit pas que c'est dégoûtant, tu dois dire que ce n'est pas à ton goût.." dis(je en agitant mon doigt devant son visage d'un air à demi réprobateur et à demi amusée.

Je souriais après ce petit épisode si charmant avant d'écarter une mèche de mon visage et je me saisis de ma serviette. Je lui dictais donc de ne pas bouger et j'essuyais un peu le coin de ses lèvres pour qu'elle n'est pas le goût plus longtemps.

-"Désolée, je pensais que ça pourrait te faire plaisir..comme j'adore ça et puis le dimanche il faudra bien manger alors comme je dois préparer à manger pour toi et moi si on répète je dois savoir ce que tu manges..tu as l'air de faire trop attention vu ta ligne donc j'aimerais savoir ce que je peux te faire.."

Je cessais de nettoyer sa bouche et réfléchit pendant un court instant sans décrocher mon regard du sien. C'était vrai qu'en y prêtant plus attention la jeune fille était des plus minces. Comprenez que je ne suis en aucun cas complexait par mon corps, en premier lieu car j'ai été assez bien aidé par la nature et secondement car je n'apporte aucun crédit au physique. L'important dans mon corps ce sont mes doigts mais à mieux regarder ma compagne je la trouvais trop mince. Bien trop. Serait-elle indisposée par la nourriture du coin? Il était vrai que la cuisine de l'école n'était pas des meilleures, habituée ou pas à la grande cuisine. Je penchais la tête, observant la jeune femme sous toutes les coutures avant de lui demander de but en blanc.

-"Tu n'aimes pas la cuisine de l'académie ou tu as un souci avec la nourriture en général?"

Comprenez bien, je ne manque pas de tact en général mais la curiosité avait pris le pas sur mes bonnes manières. Ou peut-être étais-je comme toute bonne amie : franche et en confiance. Je me repris cependant en sirotant la fin de mon Coca Cola.

-"Si tu veux pas me le dire je comprendrais.."dis-je d'un air presque absent et désolée avant d'essayer de rattraper la situation ..mais c'est surtout pour te préparer à manger que je demande..tu mange de la viande aussi? Oui tu es raffinée donc tu mange de la viande..comme je le dis toujours..Une femme raffinée mange du poulet!"

Je riais de bon cœur essayant par la même de dissiper le malaise que j'avais pu,potentiellement, crée puis je regardais en souriant la jeune femme. La question que je me posais depuis quelques temps, à vrai dire depuis l'entretien avec la directrice des IRS, me revint. J'hésitais une seconde puis j'osais franchir le pas.

-"Tiens,je me demandais ce qu'évoquait ton prénom? C'est anglais mais tu n'as pas vraiment l'accent anglais?"

Sur ce coup là,je n'aurais aucune manière de justifier ma curiosité car ce n'était purement que de la curiosité.




Je parle en #cc66ff.
Revenir en haut Aller en bas
Raven
Invité
avatar

Ven 12 Mai - 23:46
Raven
Raven L. Lentz
Ancien membre



Je vais t'en coller une.

-"Raven..On ne dit pas que c'est dégoûtant, tu dois dire que ce n'est pas à ton goût.."

J'haussais les sourcils. Ca y est, elle s'y croyait. J'avais bouffé sa cuillère, elle pensait qu'elle avait le droit de me dire ça? Je serrais la mâchoire. Je la voyais se lever légèrement et approcher dangereusement sa serviette de mes lèvres... Jusqu'au contact du mouchoir sur mes lèvres j'étais restée calme, mais là... ! Je n'avais même pas fais attention à ce qu'elle avait dit, je contrôlais mes poings mais ma main parti, claquant sur son avant bras, je lui lançais un regard noir...

- Ne recommence plus jamais ça... Ne crois pas qu'on est amie...

Va te faire foutre ouais ! Je ne sais pas ce qui me retenait de l'attraper et d'aller la tabasser dans une ruelle. C'était quoi cette manie de croire qu'on était amie ou qu'elle pouvait faire ce genre de truc ultra niais et complètement chiant? J'étais pas manchot, je pouvais le faire seule. En plus elle m'avait forcé à manger ce truc dégueu, la banane c'est vraiment pas un truc que j'apprécie, déjà de base, mais là... Encore moins. Elle pensait quoi, qu'on allait commencer à échanger nos goûts? Elle voulait quoi qu'on fasse une pyjama partie pendant qu'on y était ? On allait faire une bataille d'oreiller en rigolant comme des grosses poufs et se faire les ongles, se coiffant à se raconter des ragots sur les garçons? Haha ! Je suppose que c'était totalement son genre en plus. Quelle conne.

-"Tu n'aimes pas la cuisine de l'académie ou tu as un souci avec la nourriture en général?"

What? On changeait de sujet comme ça? Je la regardais, m'adossant à la petite banquette rose flashy à dégueuler, pourquoi elle me disait ça? Parce que j'étais "ultra maigre" comme dirait les autres? De quoi elle se mêlait ?

-"Si tu veux pas me le dire je comprendrais.. mais c'est surtout pour te préparer à manger que je demande..tu mange de la viande aussi? Oui tu es raffinée donc tu mange de la viande..comme je le dis toujours..Une femme raffinée mange du poulet!"

Aaarg putain. Elle me donnait mal au crâne cette fille... Me préparer à manger? Pourquoi? J'avais zappé un passage ou quoi? Je soupirais, je portais mes mains sur mon visage, soupirant... Nan je comprenais vraiment pas. Je la regardais alors, déjà fatiguée. Cette fille était une vraie Sangsue, elle aspirait mon énergie, mon calme (qui était déjà pas grand), ma capacité à me calmer... Elle avait de la chance d'avoir Arai de son côté, même si je me demandais ce qu'il s'était passé entre les deux. Cette Maid à deux balles est vraiment trop bavarde.

- En quoi ça te regarde? Et pourquoi tu devrais me faire ma bouffe? Tu te prends pour qui? Je te rappelle qu'on est pas amie, et encore moins en couple ou je ne sais pas quoi, tu as vu tes manières? Redescends sur terre ! J'ai rien envie d'avoir de toi, me faire mes plats? Et puis quoi encore, je suis assez grande, c'est pas une gamine comme toi qui va me faire à bouffer... Sérieusement, t'as quel âge? 15 ans à tout casser? Alors reste à ta place! Tu n'es rien qu'une pianiste, allez "une partenaire de musique" si on peut dire ça, mais ça s'arrête là, d'accord?! balançais-je d'un coup, sortant toute ma rage plutôt contrôlée pour ne pas faire un scandale.

Je prenais une grande inspiration avant de craquer mes doigts pour me détendre.

-"Tiens,je me demandais ce qu'évoquait ton prénom? C'est anglais mais tu n'as pas vraiment l'accent anglais?"

Je soupirais. J'avais pris sans m'en rendre compte, plus comme reflexe, mon collier à l'effigie d'un corbeau... Je levais les yeux vers elle, et me renfermant sur moi même, je lui dis plutôt calmement mais assez séchement:

- Et toi, comment ça se fait que ton prénom ça soit pas: "Chieuse-curieuse-niaise"?

Je crois que cet échange était voué à l'échec... Je commençais à vraiment perdre patience. D'ailleurs, je sentais mon pied commencer à bouger tout seul... Et je jouais nerveusement avec ma fourchette.
Je pense qu'Arai l'avait senti car elle arriva tout sourire avec son plateau pour débarrasser et nous poser la question de si on voulait quelque chose... Je la fixais, me calmant presque automatiquement, c'était presque de la magie... Hochant la tête, je prenais une voix plus posée:

- Un bubble tea passion et litchi...
© Codage by Citron. - Institut Indare
Revenir en haut Aller en bas
Amaryllis Hanazumi
ISS |:| Troisième année
avatar
Messages : 78
Né(e) le : 05/08/2000
Date d'inscription : 12/05/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Libre
Nationalité : Française
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 12 Mai - 23:47

Une rencontre inopinée



"Une main tendue.."


La réponse de ma camarade IRS fusa d'un coup, perturbant quelque peu le calme et la sérénité des lieux et des clients.

- En quoi ça te regarde? Et pourquoi tu devrais me faire ma bouffe? Tu te prends pour qui? Je te rappelle qu'on est pas amie, et encore moins en couple ou je ne sais pas quoi, tu as vu tes manières? Redescends sur terre ! J'ai rien envie d'avoir de toi, me faire mes plats? Et puis quoi encore, je suis assez grande, c'est pas une gamine comme toi qui va me faire à bouffer... Sérieusement, t'as quel âge? 15 ans à tout casser? Alors reste à ta place! Tu n'es rien qu'une pianiste, allez "une partenaire de musique" si on peut dire ça, mais ça s'arrête là, d'accord?!

Elle avait sûrement raison. Je prenais ça trop à cœur mais comment pouvait-il en être autrement ? Comment étais-je sensée me détourner de cette jeune femme, comme tan d'autre alors que derrière cette barrière de colère et d'agressivité se dissimulait une déesse créatrice d'amour et de splendeur comme me l'avait certifiée son amie maid et comme mon fort intérieur me le criait depuis notre rencontre. Une rencontre si banale mais si marquante. Un grain de sable dans un sablier qui enraye le rouage des événements pour conduire à un autre futur. Un futur où je réussirais à lui faire voir la vie telle qu'elle est. C'est avec cette résolution que je la regardais droit dans les yeux sans perdre de ma composition.

-"Premièrement Raven,je comptais juste te faire ton bento pour les répétitions histoire de t'arranger mais si tu ne veux pas il n'y a vraiment aucun problème.." je marquais une pause avant de sourire de l'ironie de ma phrase suivante "c'est gentil de t'intéresser à mon âge, je n'ai que 16 ans par contre...et je ne suis pas sotte ni aveugle, je sais que tu n'es pas mon amie et je comprends que tu ne veuille pas que je le devienne mais c'est de mon droit d'essayer.."

J'essuyais sa deuxième invective sans sourciller puis y répondit à mon tour avec le même self-control que précédemment. S’énerver ne servirait en rien ma cause.

-"C'est une idée de prénom mais je doute que mes parents l'aiment, au pire si j'ai une fille je l’appellerais comme ça, c'est le prénom d'un nymphe grecque dans une légende sur l'amour et mes parents l'aimaient beaucoup. On me la racontait souvent quand j'étais petite mais je doute que tu veuille l'entendre."

La conversation ne continua pas car la jeune femme de toute à l'heure sortie de nulle part afin de s'enquérir de nos commandes suivantes, Raven prit un bubble tea tandis que j'échangeais un regard complice et rassurant avec la serveuse avant que je ne pose mon choix sur quelque chose.

-"Hmmm je vais juste prendre un thé Earl Grey si tu veux bien"

J'attendis que la jeune femme note les commandes puis qu'elle s'éloigne de la table pour ficher mon regard ambré dans celui de ma camarade.

-"Je sais que je t'énerve mais vois ça autrement...je ne cherche qu'à être ton amie et je pense que tu as compris que je respectais que tu ne le désire pas en ne stalkant pas outre mesure.."

Je me demandais ce que ma tentative d'instaurer le dialogue allait pouvoir donner.








Je parle en #cc66ff.
Revenir en haut Aller en bas
Raven
Invité
avatar

Ven 12 Mai - 23:47
Raven
Raven L. Lentz
Ancien membre



Ferme ta gueule un peu.

16 ans. Elle était plus grande que ce que je pensais... Honnêtement, je l'imaginais plus à 13 ou 14 ans, mais si ça avait été ça, elle n'aurait pas pu être à l'école. Quoi que, si elle avait sauté des classes, ce qui ne m'étonnerait pas finalement... Je la regardais, pourquoi elle s'était mise en tête de faire mon bento? Pourquoi elle me soûlait comme ça si elle savait qu'on était pas amies ?! Elle aurait pas pu simplement me parler de musique, point, sans chercher à me comprendre d'avantage? Ouais... Elle est soûlante quoi. Et pourquoi elle voulait essayer. A quoi ça lui servirait ? A part une mauvaise influence, je n'allais rien lui apporter. A part des problèmes, des regards de travers. Non, elle était mieux loin de moi. Mais si ça l'amusait de se prendre des "râteaux" ou que je l'envois chier. Mais à force de trop chercher, elle allait s'en prendre une ! Et quelque chose de bien!

-"C'est une idée de prénom mais je doute que mes parents l'aiment, au pire si j'ai une fille je l’appellerais comme ça, c'est le prénom d'un nymphe grecque dans une légende sur l'amour et mes parents l'aimaient beaucoup. On me la racontait souvent quand j'étais petite mais je doute que tu veuille l'entendre."

Je la regardais et presque du tac au tac je lui répondais que j'en avais rien à foutre. Je détournais le regard, la laissant choisir ce qu'elle voulait... Si elle avait rien prit, je me serais barrée en buvant mon bubble tea en marchant. Enfin, je ne vois pas ce qui m'empêchait de le faire quand même...

-"Je sais que je t'énerve mais vois ça autrement...je ne cherche qu'à être ton amie et je pense que tu as compris que je respectais que tu ne le désire pas en ne stalkant pas outre mesure.."

Elle pouvait parler... Elle me collait tout le temps, je ne passais pas une semaine sans la voir ! Et là, elle me posait 50 milles question sur moi, et elle appelait pas ça stalker?! Hein? Je la regardais, passant mes avants-bras sur la table, je la regardais, blasée. Mon énervement devenait presque de la blasitude, j'allais presque commencer à m'ennuyer.

- Je ne vois pas pourquoi tu cherche à l'être... Et si je veux tout bonnement pas le devenir? Tu peux pas respecter ça et fermer ta gueule un peu?

Au même moment, Arai, Hitomi de son pseudo au travail, déposa les commandes en me regardant, et d'un air presque froid, elle dit:

- Je vous prierais de rester polie et de ne pas effrayer les clients, sinon, je me devrais de vous indiquer la sortie...

J'avais très bien lu entre ses mots: "Tu arrête de la faire chier ou je t'en colle une quand j'ai fini le travail!". Je saisissais mon bubble tea et commençait à aspirer les boules, énervée. Elle avait une allié de choix. Elle fit un sourire doux à Sangsue avant de s'incliner et de repartir à ses occupations.

- Tss... De toute façon, je ne vois pas quoi ajouter de plus!

Après avoir avaler ce que j'avais commandé, je me levais pour déposer un billet pour payer le tout, et laisser un petit pourboire. Jettant un oeil à Arai, puis à Sangsue, je décide de sortir du bâtiment... Fais chier.
© Codage by Citron. - Institut Indare
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» sortie obligatoire ... inopinée
» Les Saints Medecins
» Livres sur les ANGES
» la magie et les changements sur le physique
» Les effets des ovnis sur les Véhicules

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë - Sauvegarde :: Hors-jeu :: Archives-
Sauter vers: